Une nuit de la lecture poétique et enchantée

. La Nuit de la lecture de Jeudi des Mots et Les Mots à la bouche, Chez Pauline, le jeudi 22 janvier 2022 , précédée d’un atelier d’écriture de « lettres d’amour », a permis au public nombreux d’entendre un florilège de textes parcourant les siècles, présentés par les mots à la bouche et, choisis et lus par les Jeudis des Mots, une sélection des poèmes de René-Guy et Hélène Cadou, couple.. Read More

Les invisibles…

… parce qu’ils ne demandent rien, ou si peu – parce qu’ils ne « participent » pas à la vie sociale, du travail ou des loisirs – notre société les oublie – ils sont pourtant des millions touchés par le chômage, la précarité, sinon la misère, dans notre pays.Les derniers chiffres remontent à 2019, mais la crise économique induite par la pandémie peut faire craindre le pire. Il suffit de lire les.. Read More

Jeudi 22 janvier, « les » Cadou pour la nuit de la lecture

Pour la Nuit de la lecture, la soirée organisée avec Les Mots à la bouche (qui liront un pot-pourri de textes sur l’amour, avec des chansons et de la musique), nous proposons de redécouvrir l’échange, à travers le temps, entre ces deux âmes de poètes que sont René-Guy et Hélène Cadou, celle-ci portant l’oeuvre de René autant que la sienne après la mort de celui qu’elle a toujours aimé… C’est.. Read More

Hélène Cadou : « Si je pouvais détourner les rivières »

Relue pour préparer la Nuit de la lecture Chez Pauline, le 20 janvier, cette poésie d’Hélène Cadou s’offre à moi pour vous souhaiter une année d’espérance envers et contre tout – une année de lumière, parce que c’est nous qui la portons, chacun de nous, commun un noyau au fond du coeur, une braise à partager : bonne année de partage et de poésie ! . Si je pouvais détourner.. Read More

Passe-montagnes, de Jean Azarel

photo Jean Azarel . Pour commencer l’année, en guise de viatique, je vous offre une bouffée sonore d’émotion – à écouter dans le calme, pour faire remonter des sensations qu’on retrouve en marchant dans le silence habité de la nature et qu’on a tendance à oublier,, comme on oublie que les choses qui nous entourent sont chargées de mille riens de notre mémoire, ce « tant de choses qui nous remuent.. Read More

Veni etiam – Hommage à Jeanine Baude

photo : Giancarlo Baroni . « Veni etiam, Reviens encore » . Ces mots inscrits en épigraphe de son livre sur Venise, ce sont les mots que l’on voudrait dire à celle qui s’est éteinte le 27 décembre 2021, Jeanine Baude, poète, critique, voyageuse, éditrice… et partageuse vive de poésie. A l’annonce de son décès, c’est son livre sur Venise : Venise Venezia Venessia, (Éditions du Laquet, 2001) qui me vient immédiatement.. Read More

Les Nuits de la lecture 2022: aimer toujours !

. . Jeudi des Mots participe à la Nuit de la lecture, jeudi 20 janvier, Chez Pauline, et pour l’occasion partage cette rencontre avec Les Mots à la Bouche. Une rencontre autour de l’amour dès 18h30, qui sera précédée d’un atelier d’écriture à 17h30. . . Pour la participation à l’atelier, et la « formule gourmande » (boisson chaude +part de gâteau) qu’elle propose, Pauline demande 5 euros par personne.Les inscriptions se.. Read More

Les roses qui ne sont plus…

. C’est avec ce texte tendre et nostalgique de Giovanna Iorio que je finis l’année : avec ces roses qu’à Nice, on nomme « roses de baragne », ces fleurs robustes, qui croissent sur les haies des jardins, vergers et potagers, et que l’on hume en passant tant leur parfum est fort . Elles résistent au vent, aux pluies, au temps qui passe et les flétrit sans leur ôter la douceur des.. Read More

Réparer l’éphémère pour réparer le monde? Le travail de Fiorenza Menini

. J’ai découvert le travail artistique de Fiorenza Menini alors que je m’occupais de l’atelier de création de jeudi des mots autour de l’éphémère. Comment ne pas être touchée par une entreprise aussi poétique que la sienne, travail de fourmi attelée à prolonger la vie de ce qui est déchu? Car Fiorenza Menini recueille des feuilles « mortes » (qu’elle préfère nommer « feuilles d’automne en transition »), et par son travail réparateur, leur.. Read More

Pour plus de lumière – rencontre

La photo d’une amie aujourd’hui disparue, par Lydia Belostyk, me touche en plein coeur, alors que je lis l’anthologie personnelle de Charles Juliet, Pour plus de lumière, en poésie-Gallimard, dont cet extrait que je retiens (extrait de « Fouilles » – 1998) – dans l’actualité de cette nouvelle vague épidémique, qui a déjà vu les « anciens » privés des visites de leurs proches dans le moment difficile de leur fin de vie … Read More