photo de couverture : mbp

(liste des auteurs en sens inverse des publications – avec astérisque, les photos hors texte)

Alma Saporito* (It) – Patrick Joquel (Fr) -Philippe Leuckx (Belgique) – Béatrice Libert (Be) – Alain Morinais (Fr) – Alberto Manzoli (It) – Denis Emorine (Fr) – Reni Koleva (Fr-Bulgarie) – Marilyne Bertoncini* (Fr) – Irina Moga (Canada-Roumanie) – Christophe Pineau-Thierry (Fr) – Béatrice Machet (Fr) – Alain Marc (Fr) – Matthias Tschabold (Suisse) – Michel Dunand (Fr) – Giancarlo Baroni & * (It) – Mathias Lair (Fr) – Parme Ceriset & *(Fr) – Nicole Barrière (Fr) -Johanna Walcker – Emily Walcker* (Fr) – Huguette Bertrand &*(Québec) – Anne Soy (Fr) – Rémi Tournier* (Fr) – Antje Stehn (All.It) – Mokhtar El Amraoui &*(Tunisie) – Marino Rossetti &* (It)- Mariela Cordero (Venezuela) – Ghislaine Lejard &* (Fr) – Gili Haimovich & * (Israel) – Gisèle Gueller (Fr) – Marc Ross (Fr) – Giancarlo Baroni* (It) &Marilyne Bertoncini – Lucius Bloemen &* (NL) – Michel Gendarme (Fr) – Caroline François-Rubino* (Fr) – Martine Konorski (Fr) – Patrick Williamson &* (GB, Fr) – Josyane De Jesus-Bergey (Fr) – Jacques Merceron (Fr) – Luca Ariano (It) – Gabriele Grossi (Fr) – Paolo Zanardi* (It) – Fabrice Farre (Fr) – Cécile Guivarch (Fr) – Isabelle Lévesque (Fr) – Dominique Hecq (Australie) – Rafaele Rinaldi &* (It) – Dominique Penez (Belgique) – Cathy Garcia-Canalès (Fr) – Vincent Motard-Avargues &* (Fr) – Chantal Dupuy-Dunier (Fr) – Xavier Bordes (Fr) – Marilyse Leroux (Fr) – Florence Dreux &* (Fr) – Marilyse Leroux – Jean-Claude Tardif (Fr) – Hervé Martin (Fr) – Pierre Rosin &* (Fr) – Gérard Le Goff (Fr) – Sandrine Davin (Fr) – Dominique Penez* (Be) – Michel Ménaché (Fr) – Sabine Venaruzzo * (Fr) – Nadine Travacca (Fr) – Fanie Vincent (Fr) – Perle Vallens (Fr) -Rémi Tournier * (Fr) – Daniel Rivel (Fr) – Lydia Padellec (Fr) – Clara Régy (Fr) & Mickaël Le Gad-Cailleaux (Fr) – Alberto Padovani (It) – Jean-Christophe Belleveaux (Fr) – Adriano Engelbrecht (It) – Etienne Orsini &* (Fr)Francis Gonnet (Fr) – Serge Prioul (Fr) & Gérard Fourel * (Fr)Laurent Grison &* (Fr) – Cécile Bellamy-Bajard (Fr) – Béatrice Libert (Belgique) – Julien Blaine &* (Fr) – Charles Akopian &* (Fr) – Lucilla Trapazzo (It)& Florence Daudé *(Fr) – Ange Pieraggi * (Fr) Sandrine Daraut – Barry Wallenstein (USA) – Alain Brissiaud (Fr) Alain Freixe & Jaume Saïs* (Fr) Sylvie Durbec (Fr) 6 Viviane Ciampi & Lino Cannizzaro * (It) – Angèle Paoli (Fr) – Ange Pieraggi *(Fr) – Marie-José ChristienSuzy Desrosiers (Québec) – Eloïse Babé (Fr)Arigo Biaggi (It) – Denis Heudré (Fr) – Kerry Shawn Keys (USA-Lithuanie)Anne-Lise Blanchard (Fr) – Sylvie Durbec* – Mircea Dan Duta (Roumanie/Tchéquie) & Jana Boxbergerova (trad.) – Ara Shishmanian (Roumanie) 1 Dana Shishmanian (trad) – Lydia Belostyck * (Fr) – Eva-Maria Berg (All.) – Christine Durif-Bruckert (Fr) et Pascal Durif *- Jean-Marc Barrier (Fr) – Hussein Habasch (trad. Zaher Salmi) (Kurdistan/All) – Myriam OH (Fr) – Romain Fustier (Fr) – Valérie Canat de Chizy (Fr) – Françoise Coulmin (Fr) – Joan Josep Barcelo (Barcelona) – Anne-Marie Pralong-Valour (Fr) – Filippo Papa (It) – Catherine Serre (Fr)

.

.

Barrières

.

les barrières sont partout – nos corps comme des morceaux de fer contre les portes

je te parle de loin, je te parle – riposte à ces coups qui nous arrêtent

comment s’appelle ce chemin – on le regarde et on le reconnait

et nous voilà à faire un pas de côté — dérobade face aux écrans transparents

deux cent cinq os – on meurt un peu pour rien

deux cent cinquante muscles – on déménage encore

en nous l’est et l’ouest – les pieds chaussés de nos sandales

petites chaussures de plastiques dans le lit d’un fleuve asséché

en nous l’est et l’ouest – étirement de noms et de distances

et le mouvement s’impose – nos langues paralysées tentent la traduction

au check-point je te fais signe – petits os de mes doigts articulés

la main s’agite – danse danse danse

un temps de rien suspendu et la distance

aux lisières de nos territoires organiques et géographiques

.

restent les barrières

.

Catherine Serre

.

photo mbp

.

.

Ho sempre cercato la luce

Un raggio di sole caldo

Una lampada nella notte

Ho sempre cercato una mano

Che mi accarezzasse la pelle

Che mi accarezzasse l’anima

Ho cercato attimi infiniti

Ho cercato emozioni forti

Ho trovato amore

Ho trovato delusione

Ho trovato sorrisi

Ho trovato lacrime

Ho trovato passione

Ho trovato interiorità

Ho trovato me stesso

Solo me stesso.

***

Mi manca il mare, il sole,

le nuvole  e il vento fra le foglie.

Non sono mai sazio di te.

Tutto si muove frenetico.

Tu immutabile sussurri speranze di nuova vita.

La rugiada è come un balsamo,

che non usa più nessuno.

Il vento soffia inerme i sussulti della mia anima.

La vita urbana mi stringe in una morsa,

come edera di metallo.

Il cielo terso è difronte a me.

Tu sei sempre con me, nonostante tutto.

Natura.

***

Non è una stella

Non è la luna

Non è la terra

Non è un luogo

È un’emozione!

***

Alla fine

Siamo nudi

Pelle con pelle

Ossa con ossa

Anime con anime

Nudi

Inermi

Desiderosi

Umani

Veri

Nudi

.

Filippo Papa

J’ai toujours cherché la lumière

Un chaud rayon de soleil

Une lampe dans la nuit

J’ai toujours cherché une main

Pour caresser ma peau

Pour caresser mon âme

J’ai cherché des moments infinis

J’ai cherché des émotions fortes

j’ai trouvé l’amour

j’ai trouvé la déception

j’ai trouvé des sourires

j’ai trouvé des larmes

j’ai trouvé la passion

j’ai trouvé l’intériorité

je me suis trouvé

Juste moi.

***

La mer, le soleil me manquent,

les nuages ​​et le vent dans les feuilles.

Je ne suis jamais rassasié de toi.

Tout s’agite frénétiquement.

Toi, immuable, tu chuchotes des espoirs de vie nouvelle.

La rosée est un baume,

que plus personne n’utilise.

Le vent souffle impuissant les tremblements de mon âme.

La vie urbaine m’enserre dans son étau,

comme un lierre métallique.

Le ciel clair est devant moi.

Tu es toujours avec moi quoi qu’il
arrive.

Nature..

***

Ce n’est pas une étoile

Ce n’est pas la lune

Ce n’est pas la terre

Ce n’est pas un endroit

C’est une émotion !

***

À la fin

Nous sommes nus

Peau  à peau

Os os

Ames  à  âmes

Nus

Désarmés

Désirants

Humains

VraisNus

.

trad. Marilyne Bertoncini

.

photo mbp

.

.

Été en mai

.

Tant de chaleur

Août s’est faufilé en mai

Les fleurs se croient soleils

Les rouges-gorges

Mes frères de cendre au poitrail de sang

Sont chefs de quadrille

Tout prend de l’ampleur

De nombreux ailleurs

Sous ma plume la goutte d’eau devient marécage

Hors des frontières qui me guettent

Mes mots se créent

Ne pas m’enliser

Soutenir les nids mal arrimés

Tresser les amarres rongées

Pincer le linge étendu sur des cordes usées

Dans l’épaisseur d’un été en mai

.

Sans Frontière

.

Faire le vide

Ne garder que les pierres le toit

Et mille fenêtres

Toujours ouvertes

Ne pas fermer l’entrée

À double tour de clef

Même s’il fait froid

Même s’il fait mal

Être regard être toucher

Traces dans la terre gorgée d’eau

Amble sur la lande

Souffle dans l’air du temps

Pélerin ivre d’espace

– Presque rien

.

Anne-Marie Pralong-Valour

.

.

ascolta le voci erranti che solcano il silenzio

gettando su di te una luce miracolosa

mostrandoti il percorso segnato dalle stelle nel cielo

raccogli le sue parole e conservale nel tuo cuore

e si apriranno le porte di un mondo sconosciuto

.

*

.

sentirai vibrare di nuovo la tua adolescenza

quando il corpo si scioglierà al tocco delle mani

e il mio respiro brucerà con labbra di fuoco

sentirai il tuo cuore battere di passione

mentre scriverò il mio nome sulla tua pelle

.

*

.

non aver paura di amare le follie

che la vita ti ha imposto per essere un matto

che ama e vuole essere amato

non pensare nemmeno che le notti siano così buie

se senti ancora il tuo cuore battere

non aver paura di amare troppo

quando dai tutto quello che hai

.

*

.

forse domani troverai la polvere

di una solitudine incerta

di parole scadute nel vuoto

quelle parole non dette

per paura di morire nell’abbandono

e allora capirai quella vita

che si nasconde sotto le bugie

di un’illusione gravemente ferita

aspettando di non essere niente

.

Joan Josep Barcelo

.

écoute les voix errantes qui sillonnent le silence

jetant sur toi une lumière miraculeuse

t’indiquant le chemin que tracent dans le ciel les étoiles

recuille leurs paroles et garde-les dans ton coeur

et les portes d’un monde inconnu s’ouvriront

.

*

.

tu sentiras de nouveau vibrer  ton adolescence

quand fondra ton corps au toucher des mains

et mon souffle brûlera de ses lèvres de feu

tu sentiras ton coeur battre avec passion

Alors que j’écrirai mon nom sur ta peau

.

*

.

n’aie pas peur d’aimer les folies

que t’a imposé la vie pour devenir un fou

qui aime et veut être aimé

ne pense même pas que les nuits soient si sombres

si tu sens encore battre ton coeur

n’aie pas peur de trop aimer

quand tu donnes tout ce que tu as

.

*

.

peut-être demain trouveras-tu la poussière

d’une incertaine solitude

des mots tombés dans le vide

ces paroles non dites

de peur de mourir abandonné

tu comprendras alors cette vie

qui se cache sous les mensonges

d’une illusion gravement blessée

attendant de n’être rien.

.

trad. Marilyne Bertoncini

.

photo mbp

.

.

NOUVELLES FRONTIÈRES

.

J’avais hâte

d’aborder un rivage espéré

sans clôures miradors

barbelés murs et chiens

.

Faudra-t’il le chercher

loin si loin

dans cet espace d’étoiles

afin de transcender

l’absurdité de ces barrières

.

Imaginer

un monde généreux

sans ces mesures

bafouant la dignité humaine ?

.

Françoise Coulmin, inédit, nov 2022

.

.

Cette ligne invisible

.

cette ligne invisible

à l’intérieur de moi

se déplace sans cesse

favorisant mon approche

ou au contraire l’entravant

m’ajuster à elle devient

une occupation à plein temps

je me dois de la percevoir

d’être au plus près d’elle

dans l’écoute et le dialogue

afin que mon rapport au monde

s’ajuste à qui je suis

ces frontières mouvantes

induisent un savoir être

un savoir faire dans une

recherche permanente

d’équilibre impliquent

de connaître la limite

jusqu’où il m’est possible d’avancer

et la façon de me mouvoir

afin que le dialogue s’instaure

entre le dehors et le dedans

.

Valérie Canat de Chizy

.

photo mbp

.

.

l’une des faces pour la correspondance, l’autre

reproduisant une photo ; je pense à Albert Londres

qui écrivait tant à sa fille Florise en ressortant

de sa maison natale, de cette adresse

qu’il a si souvent inscrite, parti en reportage

à quelque endroit de la planète – ses vies

se déplacent jusqu’à cette rue où je déambule,

ce vieux quartier que son corps a fui

comme les beaux jours s’éloignent, filent

sous ces tourelles ; mon quotidien demeure loin

de ses terrains d’investigation, des récits

qu’il a donnés au lecteur d’alors ; infiniment

nous sommes humains, nos mouvements

se confondant avec les paysages qu’il a traversés

en route ; nous repoussons nos limites,

rêvant d’anciennes provinces, d’aventures

en prise avec une révolution, une guerre civile ;

le bagne militaire paraît plus proche

alors que nous détachons les yeux des lettres tracées

sur ses cartes, retournons à la station thermale

à présent, son règne des trottoirs commerçants

CARTES POSTALES

.

Romain Fustier

.

.

Il y a forcément un truc

.

ce soir le ciel joue en VO l’œuvre complète

de l’univers

mais la matière a avalé les sous-titres

sous le panneau qui indique que « vous êtes là »

il n’y a personne

si ce n’est un rat qui fait le trottoir

.

on apprend à marcher

on apprend à marcher droit

on apprend à marcher droit devant

talon pointe

déséquilibre

talon pointe

on apprend à marcher

mais jamais à tomber

.

ce soir les vaches pissent des nuages

jusque dans le ventre

il fait un temps à rêver qu’on rêve

à taper contre la cage thoracique des autres

pour voir comment ça résonne

la foi

.

on rééduque l’œil à la beauté

lumière artificielle sur corps abstraits

on se fabrique des signes qui ne trompent pas

on fait ce qu’on sait

on sait ce qu’on fait

les pieds vers l’avant la tête dans le guidon

l’horizon

est un entonnoir

.

ce soir dieu fait la tournée des boîtes aux lettres du quartier

le pâté de maisons sent la ferraille

les réponses précèdent les questions

tout doit disparaître

l’évidence est une boutique éphémère

.

on se tape la tête

on se tape la tête contre les murs

on se tape la tête contre les murs qui n’existent que

    dans

          la tête

.

on se tape la tête pour voir

ce qu’elle ne comprend pas

.

il y a forcément un truc.

.

Myriam OH (Ould-Hamouda)

.

photo mbp

.

.

I’ll play football with bears for your eyes

.

Come on, Aksinia!

I will carry you on my shoulder

We will cross the river to the other side of madness.

There We make bamboo flutes

And play our long-awaited song!

Sing it to birds, and flying clouds.

.

Come on, we’re going to catch a lot of fish

And grill it on low heat.

No hunger anymore as long as we have

All these fish and all these lovely kisses.

We will buy a horse from nearby villages

And continue our path to the heart of the dense forest,

Horses are not watched by enemy radars

And their hooves music is cheering.

.

Come on, we’re going to build a hut

In the top mountains, from Mahaguni wood.

A strong hut that survives the ferocity of hurricanes

And the hungers of predators.

.

We’re going out every day into the heart of the woods,

And brings what nature has to offer:

Berries

Figs

Grapes

Mushrooms

Vegetables

And the roots of nutritious plants.

.

We’re going to draw dreams with the feather

of the heart, and hung it like flying flags

To the walls of the hut, and to the trees.

We’re going down happy to the spring

We will swim naked as God created us.

.

I’m going out into the sun, and look

To your silky body as it softens

The roughness of the spring!

We’ll get clean water and put it in the pot, boil it

With the abundant hunting we’ve brought on the firewood,

And cook delicious food.

.

Then you’ll be the lady of the forest,

The rustle of trees will obey you

And animals get closer to your shadow.

As for me, I will tend your herds of deer and elk

In the vast forest

And in my spare time I will befriend bears

And play football with them.

.
Hussein Habasch
trad. Zaher Salmi

Je jouerai au football avec des ours pour tes yeux

.

Viens donc, Aksinia !

je te porterai sur mon épaule

Nous traverserons la rivière vers l’autre côté de la folie.

Là, nous ferons des flûtes de bambou

Et jouerons notre chanson tant espérée !

Nous la chanterons aux oiseaux et aux nuages ​​volants.

.

Viens, nous pêcherons beaucoup de poissons

Et le ferons griller à feu doux.

Nous n’aurons plus faim tant qu’on aura

Tous ces poissons et tous ces doux baisers.

Nous achèterons un cheval aux villages voisins

Et nous enfoncerons au cœur de la forêt dense,

Les chevaux ne sont pas suivis par les radars ennemis

Et la musique de leurs sabots réconforte.

.

Viens, nous bâtirons une cabane

Dans les hautes montagnes des forêts de Mahaguni.

Une cabane solide qui survivra à la férocité des ouragans

Et à la faim des prédateurs.

.

Nous sortirons tous les jours au coeur des bois,

Qui contiennent tout ce qu‘offre la nature :

Baies

Figues

Raisins

Champignons

Verdures

Et les racines des plantes nutritives.

.

Nous dessinerons des rêves avec la plume

du cœur, et les accrocherons comme des drapeaux volants

Aux murs de notre hutte, et aux arbres.

Nous descendrons heureux à la source

Nous nagerons nus comme Dieu nous a créés.

.

Je sors au soleil et contemple

Ton corps soyeux adoucissant

La rudesse du printemps !

Nous puiserons de l’eau claire et la ferons bouillir dans la casserole

Avec le gibier abondant que nous aurons apporté sur le feu,

Et nous cuisinerons des plats délicieux.

.

Alors tu seras la dame de la forêt,

Le bruissement des arbres t’obéira

Et les animaux s‘approcheront de ton ombre.

Quant à moi, je garderai tes troupeaux de cerfs et d’élans

Dans la vaste forêt

Et pendant mon temps libre je deviendrai ami des ours

Et je jouerai au football avec eux.

.

trad. Marilyne Bertoncini (d’après la trad. anglaise de Zaher Salmi)

.

.

Jean-Marc Barrier

.

.

.

Homme frontière

.

Homme Frontière

Porte-parole des confins

Et des paroles qui prennent la route

Font bouger

En travers

Les lignes sur les cartes

Aux sources des premiers reliefs de la vie

.

Entre le soleil et ce que nous ne sommes pas.

.

Béances insurmontables de l’être

Où se recueille le vent.

Ton corps à la frontière

A la dérive du sens admis

Aux marges

De rêves inhabités

Pris

S’est laissé prendre

.

A ce qui sans retenue blesse le jour

.

A la frontière des mots

S’est assoupi l’étranger

Laissant éclore d’éblouissantes métaphores.

Comme les grappes d’épines et de branches fruités

Lorsqu’elles grimpent les pierres

Par-dessus la raison

.

Pour étreindre le sol de l’autre coté

.

Un bout de sol un bout de toi

Et ce qui ne fait plus frontière

Je vacille

Le jour est long sans le chemin

Et les pentes abruptes

.

Ne plus pouvoir circuler. La mer effondrée.

.

La nuit efface les frontières

Et fait taire les voyants.

Mais l’oeil

Se fait aux ténèbres

Arrondit les contours du silence

Fondus au vague de l’air.

.

Je me suis glissée dans l’ombre des sous-bois

Ombre franchie

Perdue, souffle court

En de touts petits doutes

.

Rapprochée de la lumière

.

Christine Durif-Bruckert

.

.

photo ; Lydia Belostyck

.

.

Grenzen

.

an grenzen stoßen

von kindesbeinen an

über steine stolpern

aus mangel an geschick

oder um aufgehalten zu werden 

mehr verbote als

erlaubnisse all die

verschlossenen türen

und versteinerten minen

aber schließlich auch

sich selbst einschließen

zum eigenen schutz                   

doch immer wieder

gegen wände angehen

aus dem verlangen

sich aus der enge

zu entfernen um

menschen und räumen

zu begegnen in offenheit

.

Eva-Maria Berg

.

Frontières

.

se heurter aux frontières

depuis l’enfance

trébucher sur des pierres

par manque d’habileté

ou pour être arrêté 

plus d’interdictions que

de permissions

tant de portes fermées

et de mines pétrifiées

mais finalement aussi

se verrouiller soi-même

pour sa propre protection           

mais toujours et encore

s´opposer aux murs

par le désir de

s´éloigner

pour rencontrer

des humains et des espaces

en toute ouverture

.

trad. de l’autrice

.

l’autre

.

l’autre étouffe d’attente – l’autre qu’en fait, je suis

l’autre comme un rêve aux poches trouées

et les secondes qui pèsent lourdes dans mes veines, lourdes telles des pierres •

je regarde le temps paralysé dans l’horloge aux pierres –

un trou noir à son noyau •

je passe alors parmi ces rochers blancs sous les petites fleurs violettes –

ces rochers blancs dans le lit asséché de la magie et du fleuve

et je suis plus vieux – et je suis plus seuil –  

et je suis une larme qui déverrouille une porte

oui, peut-être la lame d’un couteau dans le ver d’un nerf

un nerf qui redessine ma bouche en cri comme s’il me croquait

et tant de corps se brisent chaque jour

en des pactes sanglants et des éclats d’obus –

et tant d’enfants sont jetés chaque jour à la poubelle

dans les cendres des pleurs

et les feuilles, ces larmes toujours plus étrangères des arbres

alors qu’en colère tu pleures tes yeux –

et tes larmes brûlent feuillies dans les amas de cendres

oui, quelques morceaux de mon moi ensauvagé –

et les fragments les plus esseulés de la nuit –

resteront enfermés dans des mutismes autistiques

à jamais non-dits – à jamais indicibles…

.

Ara Shishmania,
Inédit,
traduit du roumain par Dana Shishmanian

.

.

Vlna

.

Vyšel jsem z Teska 

a viděl jsem ji za mostem.

Byla stejně krásná jako tehdy.

Mával jsem na ni

.

a volal Cześć, Kasiu.

Ale šla dál.

Možná že mě neviděla, 

Neslyšela

nebo mi nerozuměla.

Anebo možná že ve smrti

se prostě nemluví polsky.

.

*


Kondicionál 

.

Kdybys nebyla mrtvá,  

jeli bychom do Polska

sklidit jablka.

Je jich tam totiž hodně

a stejně tak i jedovatých hadů.

Zato

hříšníků je poměrně málo

a stejně není nikdo,

kdo by je ze zahrady vyhnal.

A tak ani hřích

nezaručuje smrtelnost.

Kdybys nebyla mrtvá,

jeli bychom do Svaté země jiných

koupat a očistit se v Mrtvém moři.

Tam se však nedá moc plavat,

hustá přesolená voda 

by dokonce i naše mrtvoly 

nevděčně nadnášela k povrchu

a pokryla svými solemi

těžšími než naše hříchy.

A proto není zaručené ani rozhřešení,

natož utopení. 

Kdybys nebyla mrtvá,

mrtvým bych byl já.

.

Mircea dan Duta

La vague

.

Je venais de sortir de Tesco

et je l´ai vu de l´autre côté du pont.

Elle était aussi belle qu´ailleurs.

Je lui ai fait signe

.

 et je l´ai appelé : Cześć, Kasiu!

Mais elle a continué son chemin

Il se peut qu’elle ne m’ait pas vu,

ne m’ait pas entendu

ou ne m’ait pas compris.

Ou bien tout simplement il se peut que,

dans la mort, on ne parle pas polonais.

.

*


Conditionnel

.

Si tu n´étais pas morte,

on irait en Pologne

cueillir des pommes.

Il y en a beaucoup,

tout comme des serpent venimeux.

Par contre,

il n’y a personne

pour les chasser hors du paradis.

Alors même le péché

ne garantit pas la mort.

Si tu n´étais pas morte,

on irait dans la Terre Sainte des autres

se baigner et se purifier dans la Mer Morte.

Là, on ne peut pas vraiment nager,

parce que l‘eau dense, sursalée et ingrate

ferait flotter à la surface même nos cadavres

et les couvrirait de son sel

plus lourd que nos péchés.

Alors même l‘absolution n‘est pas garantie,

et encore moins la noyade

Si tu n´étais pas morte,

Le mort ce serait moi.

.

trad. Jana Boxbergerova

.

.

Sylvie Durbec

.

Comme une obsession
l’ombre mauve de ses bleus
en bordure des mots

*

Quelle barrière invisible ton regard
dresse-t-il à contresens des mots
qui troue la douceur de la peau

.

Fêlure à la lisière du sens
l’absence se heurte à l’espace en fuite

.

Orphelins nous demeurons
en un face-à-face qui trébuche

*

Car ce qui a été vécu sera rêvé[1]

.

Entrés dans le brouillard qui efface arbres limites corps
abolis perdus l’origine le chant la geste le visage

.

Demeurent sursauts de peau frémissement d’une ombre
empreintes de cervidé écho d’une cloche ou plongée
soudaine dans une foule vertébrée ô puissance de
la verticalité – tout près cette mélodie dans l’arbre –

.

Haut jour qui embaume ici le mimosa là le tilleul
quand déjà sont à l’œuvre bourdons abeilles et
autres insectes nous voulons encore goûter
le secret du don l’ivresse du réel la douleur d’être libre

.

Anne-Lise Blanchard


[1] François Cheng, A l’orient de tout

.

.

Borders

.

She rolls an eyeball down the plaster
and sips vodka from the palm of her hand.
Refugees stream from the granaries to the cities.
Earth sips her from the deliverer.
Flowers are islands. Islands are carnelian.
It’s fluorescent at night. Green. It puts
a raindrop of semen in the technology,
while a wolf, surveying its kingdom,
obediently falls asleep on the terrace.
My plan is to dream I’m awake
in a silent film by Hokusai, falling
all over myself. Her dream is to plan
I’m her step-father crucified on the jade horns
of an insect. Wasabi and rice wine
in the blood are pure lands unto themselves.
She will also dream of a birch tree,
and a yellow balloon bursting on the declensions
of her tastebuds. Anima will rush over the fence.
Candles and crosses surround the home
of the antlion and the woman of the dunes.
This story is a document of our aesthetic contact.
This is a natural area protected by a natural guard standing
still as a stopwatch, sand shifting through its hands.

.

Kerry Shawn Keys

Frontières

.

Elle roule un œil de haut en bas le long du plâtre
et aspire la vodka dans la paume de sa main.
Des réfugiés affluent des granges vers les villes.
La terre l’aspire aussi.
Les fleurs sont des îles. Les îles sont de cornaline.
C’est fluo la nuit. Vert. Il
pleut
une goutte de sperme dans la technologie,
tandis qu’un loup, arpentant son royaume,
docilement s’endort sur la terrasse.

Je projette de rêver que je suis éveillé
dans un film muet d’Hokusai, m’écroulant
sur moi-même. Elle rêve que
Je sois son beau-père crucifié sur les cornes de jade
d’un insecte. Wasabi et vin de riz
dans le sang sont entièrement des terres pures.
Elle rêvera aussi d’un bouleau,
et d’un ballon jaune explosant sur les déclinaisons
de ses papilles. Anima se précipitera par-dessus la barrière.
Bougies et croix entourent la demeure
du fourmilion et de la femme des sables.
Ce récit témoigne de notre contact esthétique.
C’est un espace naturel protégé par un garde naturel immobile
comme un chronomètre, le sable coulant entre ses aiguilles.

.

trad. Marilyne Bertoncini
avec l’aide de Alice-Catherine Carls

.

photo mbp

.

mur-dos

mur d’eau

mur d’os

dos au mur

fusils

frontières

.

Denis Heudré

.

.

Dalla finestra (su una corta strada)        

.

La figlia anziana – chioma bianca bianca –

di vecchi genitori che della nostra strada

furono un tempo fra i primi abitatori

è tornata per l’ultimo trasloco. Poi

se ne tornerà nel suo altrove:

non resterà più traccia qui di loro,

della loro famiglia. Dalla finestra

penso che l’altro giorno se n’è andato

nel sonno l’indigeno più anziano

qui nato e sempre qui vissuto.

.

Ora son io l’ultimo qui nato

sempre qui restato fra queste

quattro case di sempre,

poco o tanto mutate nel tempo,

ma sempre qui, ai quattro cantoni,

ognuna a presidiare gli angoli

di questa nostra corta via,

di questa lunga-breve vita,

tutta la vita di tante vite, di tanta storia,

di tanta corrosa memoria…

.

Ora giro da una finestra all’altra

spiando l’ora.

.

Arrigo Biagi

De la fenêtre (sur une venelle)

.

La fille aînée – cheveux très blancs –

des vieux parents qui de notre rue

furent jadis parmi les premiers habitants

est revenue pour le dernier déménagement. Puis.

elle ira retrouver son ailleurs :

il ne restera d’eux aucune trace ici,

ni de leur famille. De la fenêtre

Je pense que l’autre jour s’en est allé

dans son sommeil le plus vieil indigène

qui était né et toujours avait vécu ici.

.

Maintenant je suis le dernier né ici

toujours resté ici parmi ces

quatre maisons de toujours,

au fil du temps tant ou si peu changées,

mais toujours ici, dans les quatre cantons,

chacun gardant les coins

de ce qui est notre venelle,

de cette longue-courte vie,

toute la vie de tant de vies, de tant d’histoire,

de tant de mémoire rongée…

.

Maintenant je vais d’une fenêtre à l’autre

guettant l’heure.

.

trad. Marilyne Bertoncini

.

photo mbp

.

.

     Vu d’avion

.

À tire-d’aile l’avion

m’emporte dans l’air léger

j’aperçois la côte

que la houle malmène

de plage en plage

.

Je vois des bateaux

à voiles blanches

minuscules confettis

l’or des blés

au-delà la mer

la mer à l’infini

la mer bleue verte

ou grise

.

De là-haut 

je cherche les pointillés

les murs élevés

les places fortes

rien pas même un soldat

droit comme un i

.

C’est donc cela

une frontière

une membrane invisible

et filtrante ?

.

Pas sûr que sur la Terre

d’ici peu un militaire

ne me criera pas

d’un air sévère :

votre passeport !

.

Vous allez où ?

Pour quoi faire ?

C’est votre première fois ici ?

.

Si je ne dis rien

il peut se fâcher

on ne se moque pas

chez vous peut-être

ici non !

.

Répondez

aux questions

bougez-vous

vous nous faites de l’ombre

on vous a à l’œil !

.

Ne chantez pas,

cachez vos cheveux,

aucune vérité

n’est bonne à dire

il faut vous taire

pour ne pas couvrir

le bruit de nos fusils

.

Quel drôle de pays 

là on adore la mort

ici on remercie la vie

.

Je préfère le ciel

car de mon avion

j’entrevois en bleu

et vert une terre

sans frontières.

.

Éloïse Babé

.

Exil

.

colombes et papillons
se sont envolés

.

paysages
plaines et rivières
que tu égares
au fond de ta poche

.

derrière toi
ta mère
ton père
sang et cendres

.

au fond d’une cale
ballotée par les vents du large
tu tangues sur les eaux d’exil
.

comme seuls bagages
tes origines
une peluche
des comptines d’enfant

.

te hantent
le cri des sirènes
les flammes
l’éphémère

.

ton être
pèsent lourd
déjà trop de corbeaux
sur tes jeunes épaules

.

au bout de ton horizon
des mains
se tendent vers toi
de nouvelles racines
poussent
sous tes pieds

Susy Desrosiers

.

photo mbp

.

.

L’intime d’une lisière

.

La parole n’existe que

dans le poème

et son souffle aux lèvres

à sa frontière

le silence

sa chute

dans l’inconnu

aux trajectoires imprévisibles.

*

Je m’enivre

d’une frontière intime

qui ne sépare pas

mais réunit dans l’étreinte

le frottement onctueux des peaux

et des mots murmurés.

*

La frontière de ma peau

est une ligne ouverte

intensément vive

à découper selon les pointillés

des frissons.

.

Marie-José Christien

.

.

.

frontières sur les cartes

déclinent leurs méandres illisibles

lignes barbues hérissées

d’arêtes minuscules

préludes aux barbelés

qui s’érigent sur les terres

cloisons entre les hommes

.

le monde se déchire

aux clous aux piques

aux tessons plantés drus

dans les entailles

.

et les hommes contre les hommes se dressent

.

qui franchira le premier le seuil de la barbarie

qui le premier détruira arasera brûlera éradiquera

l’existence de l’autre

.

.

frontières sur les cartes

frontières sur les mers

fleuves montagnes vallées

séparent divisent rejettent

.

la langue autre repoussée loin très loin

que nul n’entende plus

ces sonorités rauques qui heurtent

incompréhensibles regards

qui se perdent sous leurs visières

.

rajouter sans cesse des obstacles

aux obstacles déjà existant

barrières érigées

de la langue à la langue

du nom au nom

des croyances et des mœurs

infranchissables pans de voiles

promesses

d’affrontements

.

quel visage se cache derrière la grille

quel regard me fixe indéchiffrable

quelles flèches vrillent derrière

le verre foncé des lunettes

perspective d’affrontements

.

Angèle Paoli

.

.

photo Lino Cannizzaro

.

décrypter les limites

d’un côté
de l’autre côté
de la haute porte
de l’autre porte

à l’autre rive
personne ne passe
cloisons

d’un bord à l’autre
personne
de la haute porte
de l’autre coté
la vérité
d’un côté
de l’autre côté
de la haute porte
de l’autre bord
énigme du blanc
d’un côté
de l’autre côté
de la haute porte
de l’autre bord
visages disparus
pour mille raisons
personne ne passe
vont et viennent

des gens des chiens des siècles

quelqu’un est passé

qui est passé

quelqu’un

des gens

des chiens

des siècles

des siècles

.

Viviane Ciampi

.

decifrare i limiti

da un lato
dall’altro lato
dall’alta porta
dall’altra porta

all’altra riva
nessuno passa
pareti

da un bordo all’altro
nessuno
dall’alta porta
dall’altra parte
la verità
da un lato
dall’altro lato
dall’alta porta
dall’altra parte
enigma del bianco
da un lato
dall’altro lato
dall’alta porta
dall’altro bordo
volti dispersi
per mille ragioni
nessuno passa
vanno e vengono

gente cani secoli

qualcuno è passato

chi è passato

qualcuno

gente

cani

secoli

secoli
.

trad. de l’autrice

.

Barbelés de la forêt

.

Le poème s’est rempli d’un lampion, de luges, d’épidémies aussi.

Rien ne manque.

Pas même le feutre des bottes et les pieds d’ossip à l’intérieur.

La douleur dans la poitrine, celle du retour,

de la traversée d’un pays troué,

on la retrouve entre un jaune d’œuf et une cuillère d’huile de foie de morue.

Depuis longtemps aucun réverbère n’éclaire plus la scène.

Dans la cage d’escalier, la sonnette hurle à la tempe des morts.

Le carnet où sont consignés les numéros de téléphone a disparu.

Les ongles continuent à pousser et gênent celui qui tape à la machine son dernier poème.

Il est tard.

On vide les maisons.

S’éteint la chanson de l’arménien.

La rue se tait.

Seul l’enfant brille comme un lampion.

Rouge

.

Sylvie Durbec

.

.

photo : Jaume Saïs

.

El vi de lluna*

On attendra la nuit. La première enfin délivrée des vendanges.

Folle nuit qui autorise dans les cris et sous grande lune de battre les vignes pour soustraire à la mort des oiseaux, aux orages ou des brumes de septembre ce qui reste de lumière aux sarments dépouillés.

Celle de la folle noire s’arrache aux vieilles argiles, aux pierres d’un autre âge. Vieux ceps, vieilles caves.

Sous sa jeune peau brûle encore le feu qui donnera au vin de lune ses braises où désaltérer nos colères, creuser nos soifs et exalter nos impatiences.

.

*En catalan, le vin de lune

Alain Freixe

.

.

photo mbp

.

LISIERE

.

Je longe la lisière

là où les troncs

ont la trace du feu.

Légère, mon âme s’émancipe

au gré des vents

et, quand le soir

rassasiée elle m’appelle,

je frémis.

.

S’accorder le renoncement

comme la semence se dissout

là où brûlent les scories du cœur.

.

J’entre dans le sous-bois

sous la pluie,

le feuillage porte la grâce

des chants anciens.

.

Le silence se brise

d’un aboiement lointain,

de sa fêlure s’écoule

le gris du temps.

.

Regardez la joie du vent dans les arbres,

ils portent la lumière sur leur dos

sans effort.

.

La rumeur du bois accompagne mon pas

sûrement.

Un cri d’oiseau installe le frisson

comme un torrent.

.

L’arbre absorbe les salutations,

mon œil fixe l’attention,

alors l’enveloppe se déchire.

.

Plus tard le ciel se pose

sur la terre en équilibre ;

un nuage dissimule

la joie de la lune rousse.

.

Là où la parole se dilue,

la voie ouverte

ne renonce jamais.

.

La lisière est pareil

à ce lieu étrange de la mémoire

où se vident en lents retours

nos pensées mortes.

Quel homme peut s’y aventurer.

.

Dans le poing de la fleur

la couleur secoue la nuit

lave piaillant.

.

La flèche des arbres abattus

nous transperce, os et chair.

Mais à la nuit, mousses et lichens

panseront nos plaies fragmentées.

.

Œil dans œil, je fixe le regard du sous-bois :

froid saisissant.

Quelle transe obscure

saura m’en délivrer.

.

Je veux dire ici le langage des hommes : sang et sève.

Ce bruit inouï fait d’ombres écorchées ; sauvage.

.

Je veux dire que la lisière joue éternellement sa survie

d’une voix aussi haute et pleine que le front et la peau.

Je ne peux la franchir sans racler l’épiderme jusqu’à l’os.

.

La lisère se heurte aux herbes

et aux orties en un combat rempli d’absences et de désirs.

La nuit venue, la prière du vent apaise ces tourments.

Qui peut comprendre ce mystère.

Au-delà la lisière renvoie dans l’ombre

l’espace infini.

Elle s’en prend au lieu même de sa présence ; même

absolu, même désespoir,

même insolence.

.

Ce lieu de fuite accompagne l’horizon

et le brise en larmes.

De grands conflits surgissent dès le seuil franchi.

Qu’importe : l’aube et le temps effaceront la fuite.

.

A la nuit stupéfaite succède

le cris des êtres ensevelis.

Puis, voici l’aube et le temps du murmure englouti.

Tout se tait. Seule surnage une douleur fraîche

pareille à l’étoile tombée.

.

Sur son flanc le vent se brise laissant la houle

des murmures s’épanouir.

Au-delà la vie veille et se déploie.

Serons-nous invités à ce voyage.

.

.Ainsi se pose le choix du franchissement ;

la lumineuse liberté

de déchirer ces lambeaux d’animalité.

Viendra le moment de considérer ces choses

à parts égales : entre vie et mort.

.

Alain Brissiaud

.

photo mbp

.

.

How the Day begins


the day starts out as still
as a windmill caught in a calm absolute

that dreamy divagation
holds the man alive well into his future

thinking of it.

the day begins this way :
there’s a bustle around the house

four kids, two his owns and two visiting,
are, literally, banging life into the place

thinking of it

the day starts out with windmill blades
holding the sunlight, and in the evening,

with moonrise, the fins again glow, and
there is no fire, no alarm

no one thinks of it.

the day resume its burden
working deep into a leafless March

which stalls till mid-month,
holds its breath and release April

think of it : April.

the day dissolves to evening
as in the old days

and lowers its eyes to the light ;
and every thought on the edge of the dread

buries itself in night.


Barry Wallenstein

.

Comment démarre la journée

la journée commence toujours
comme un moulin à vent dans un calme absolu

cette divagation rêveuse
maintient l’homme bien en vie loin dans son avenir

si on y pense.

la journée commence ainsi :
il y a de l’agitation autour de la maison

quatre enfants, deux à lui et deux en visite,
font, littéralement, exploser de vie cet l’endroit

si on y pense

la journée commence avec les ailes d’un moulin à vent
retenant la lumière du soleil, et le soir,

quand se lève la lune, les palmes brillent à nouveau, et
il n’y a ni ‘incendie, ni alarme

personne n’y pense.

le jour reprend son fardeau
s’enfonçant dans un mars effeuillé

qui stagne jusqu’au milieu du mois,
retient son souffle et libère April

pensez-y : avril.

Le jour se dissout dans le soir
comme autrefois

et ferme ses yeux à la lumière ;
et toute pensée sur l’arête de l’angoisse

plonge dans la nuit.

trad. Marilyne Bertoncini

.

Au fil des non-dits

L’assassin se fait plus terrifiant …

À Listenbourg

Le soleil revient

Impossible séparation

Même le vide est un livre offert

Immobile vertige d’un printemps sans arme musiquant le monde

Tel un arbre

En pensée

Sandrine Daraut

.

.

.

.

Da qualche parte ai confini del regno  

s’intrecciano di nuovo brandelli dissonanti

traiettorie profane linee curve che stracciano

il rosso dei papaveri mentre sui cancelli

chiusi inciampa il sogno luminoso

di una sola terra

.

Brucia l’Europa sui balconi brucia

sbattuta contro i muri – sulle reti vite

vestiti e scogli appesi ad asciugare

e questo eterno andare e ritornare

di sibili di orrori di agonie

.

Pietà!

.


Infilo la mattina nello zaino

nel silenzio perdiamo le persone

i loro nomi urlano nell’erba

ognuno figlio di una madre orfana

.

Ma qui dal volo di un uccello è ancora

casa questo mondo – primavera

senza lingue senza più confini

e quanto azzurro è ancora il cielo

.

Portiamo tutti un sasso sulla prima vertebra

Lucilla Trapazzo

Somewhere at the Edge of the Kingdom  

dissonant shreds intertwine again

profane trajectories curved lines that tear

poppies of blood – while the bright dream

of a single home stumbles

on the closed gates
.


Europe burns on the balconies it burns

slammed against the walls – on the barbed wire

lives, clothes and rocks are hung out to dry

and this eternal coming and going

of hisses of horrors of agonies

.

Mercy!

.

I put the morning in my backpack

in the silence we lose people

their names scream in the grass

each one son of an orphaned mother
.

But from here from this bird-flight view

this world is still home – Spring

without languages without borders

and how blue the sky is still

.

We all carry a stone on the first vertebrae.

trad. de l’autrice

.

photo Florence Daudé (voir article et photos sur frontières (2)

.

Quelque part au bord du royaume

les lambeaux dissonants s’entrelacent à nouveau

trajectoires profanes lignes courbes qui déchirent

le rouge des coquelicots tandis que sur les portes

fermées trébuche le rêve lumineux

d’une seule terre

.

L’Europe brûle sur les balcons elle brûle

claquée contre les murs – sur la treille des fils

suspendus sèchent vêtements et dépouilles

et cet éternel va-et-vient

de sifflements d’horreurs et d’agonies
.

Pitié!

.

J’enfile le matin dans le sac à dos

dans le silence on perd des gens

leurs noms hurlent dans l’herbe

chacun enfant d’une mère orpheline

.

Mais ici, à vol d’oiseau, c’est toujours

habitable ce monde – printemps

sans langues dépourvu de frontières

Et combien d’azur encore dans le ciel

.

Tous nous portons une pierre sur la première vertèbre

.

trad. Marilyne Bertoncini

.

.

photo Charles Akopian « Le temps, le vent, l’amour »

.

Entre la branche
Et le bois de la fenêtre,
Les griffes sont d’amour
Quand le temps se ramifie,
Témoin, sans masque
Mais dans l’ombre,
Le vent,
Le vent aveugle et lourd,
Compte bien confirmer
L’absence de frontières,
Le peu de marge
Entre le corps et l’esprit.

Charles Akopian

.

.

Abolir cet hier et
Bienvenu cet hui

.

Saute-frontière :
Est-ce Saute-frontière 
Ou Haute-frontière ?
Ou plutôt Ôte-frontière ?
Ôtez du verbe ôter.

.

Abolir les frontières
C’est ce qu’on doit se permettre  et s’obliger  !
Plus de frontière entre marcher et dire
Entre promener et crier
Entre balader et déclamer ses ballades
Entre vadrouiller et rêver
Entre penser et se trimballer
Entre cheminer et évoquer
Entre bouger pour avancer et bouger pour performer
Entre écrire et cueillir
Entre lire la montagne et lire le livre
.

& li miner les frontières
.

Entre Hommes et femmes    
Entre Jeunes et Vieux
 .

Alors on se prend à rêver cet autre monde :
Abolir les frontières
Entre résident et migrant
Entre nomade et sédentaire
Entre la misère et le confort
Entre les nourris et les affamés
Entre le nord et le sud
Entre l’est et l’ouest

La mer n’est plus un champ de morts noyés
Et la montagne ne sera plus une vallée de morts gelés.

Alors ainsi seraient les postes frontières :

.

photo Julien Blaine –

HIER : postes frontières

________________________

HUI : Kiosques artistiques

photo Julien Blaine

.

Le « STOP » immaculé blanc sur la route grise est devenu inutile !
.

Alors nous n’aurions plus qu’à traverser la ligne d’horizon
à sauter au-dessus d’elle :

         ^

         ^

————————^——— —————————————^ ———-

les lettres perdraient leur accent circonflexe
leur « chapeau de gendarme » comme ils étaient dit en cours élémentaire…

Julien Blaine (2022)

.

.

photo mbp

Verrou

.

Nuit

Sur les murs

Les mots les masques

Sur les désirs

Et sur nos traces

Ce qui déchire

Vient de plus loin

Verrouille la fissure

Par où suintait la vie

Voici que lentement

La nuit bat dans sa forge

Mise au monde d’une clameur

À l’enclave où rougeoie

Son empire muet

.

*

.

Non

.

Elles ne

Sont pas

Illégales

Les rues

Les rivières

Les forêts

Les prairies

Qui traversent

Les frontières

© Béatrice Libert, inédits

.

.

Traverse

.

Pétiole de mon or

brun retenu

ponctuation de saison

en son âge advenu

.

subtile frontière

franchie d’un saut léger

traverse de vent et de pluie mêlés

.

limbe asséchée sans rêve

au filet du vide passé,

futile poussière

.

fille feuille agenouillée

aux sarments des couleurs,

vienne l’hiver.

Cécile Bellamy-Bajard

.

.

photo Laurent Grison

.

photo Gérard Fourel

.

Comment lui dire à cet émigré d’Argenteuil

Qui me raconte qu’ici

Dans le Trás-os-Montes

Au pays des villages de paille et de granit

Il n’y a pas de Noirs

Pas d’Arabes

Pas de voleurs

de sa Renault 21

l’année de la tempête

qui tua ses deux enfants

Comment lui dire à Mendes

Dont la mère est née Andalouse

Que ceux-là qu’il cite

Dans l’ordinaire du racisme ordinaire

Noirs du temps des chaînes

Kabyles du temps des sables

Sont plus que lui

Plus que moi encore

De l’autre côté du Ruisseau Français*

  • Note : Le Ruisseau Français est un tout petit cours d’eau qui coule à 3 km de chez moi et sépare la Bretagne de la Normandie – France et Bretagne du temps de son indépendance.

Serge Prioul (Vila Chã – Trás-os-Monte28 juin 2013)
.

.

photo Francis Gonnet

.

FRONTIERE

.Le crépi du jour s’écaille

On entend l’absence

et la fêlure des pierres

.L’air bleu se fend

Nos eaux se referment

.

Leurs pas

se heurtent à nos frontières

que peu de mots

suffiraient à percer

Francis GONNET

.

.

photo Etienne Orsini

.

La frontière te collait aux pieds

Aucun salto

Ni pas de l’oie

Ne t’en aurait débarrassé

Tu croyais devoir la tirer

Jusqu’à ce nom Vladivostok

Derrière lequel

Tout s’efface

*

Le douanier a visage de houle

Il se tient sur le bleu

Prêt à te faire tomber

*

L’Autre côté

Ses bataillons de méridiens

Et d’horizons

Finiront par te diviser

A Check-Point Toi-même

Tu seras scindé

*

Avant qu’avant

Ne soit toujours

Il s’appelait hier

Etienne Orsini

.

.

Omnes Sancti

della Croce la strada

come delle Anime

pure lei svincola a destra

s’ottobra un cammino

ch’adempie al ritmo

d’una nebbia che allatta

(Ottobre 2022)

Adriano Engelbrecht

Omnes Sancti

ce chemin de la Croix

comme des Âmes

elle aussi à droite se libère

s’octobre  un chemin

qui s’adapte au rythme

d’une allaitante  brume

(octobre 2022)

trad. Marilyne Bertoncini

.

photo mbp

.

.

voici qu’existent mes doigts gourds

aussi bien qu’un archipel blanc et noir :

la sorcellerie des images

vie et mort et contradictions

il y a

langages démesurés, ratures,

bois pourrissant des rafiots

ni fin ni commencement, séquence seulement

qui englobe la moindre particule du tout

et le vide

et les barbelés aux frontières du dicible

accepter d’abord puis aimer

la verticalité des bambous, leurs craquements,

se délecter du héron, posture hiératique,

du vent, du frisson,

dériver dans le mauve, poursuivre

Jean-Christophe Belleveaux

.

.

photo mbp

.

Diario d’autunno

..

Questo vi devo dire, prima di dormire.

Vedevo il mare aperto, dalla parte degli dei,

dopo il tramonto di questo breve giorno

d’autunno dolciastro.

Dalla sua pianta, appena oltre la siepe,

ho colto un’oliva e l’ho addentata con decisione.

La polpa amara, arsa di terra, mi ha restituito

il senso di un viaggio, nel fondo del palato

la forza per attraversare, la montagna di notte.

Ora che la notte prima scende,

sul paese dei nuovi tropici.


Alberto Padovani

Journal d’automne

.

Ceci je dois vous le dire avant de dormir.

Je voyais la mer au large, du côté des dieux,

après le couchant de cette courte journée

d’automne doux.

Sur son arbre, juste au-delà de la haie,

J’ai cueilli une olive et l’ai mordue délibérément

La pulpe amère, de terre sèche, m’a restitué

le sens d’un voyage, au fond du palais

la force de traverser, la montagne la nuit.

Maintenant que la nuit tombe plus vite,

sur le pays des nouveaux tropiques.

trad. Marilyne Bertoncini

.

photo Mickaël Le Gad-Cailleaux

pour l’oiseau en plein vol
la couleur des maisons
l’ocre le blanc le rouge
tout cela c’est pareil

.
dans les cours des écoles
les marelles tracées dans la poussière du jour
choisissent leur mesure
l’enfant change de case en jetant ses cailloux
voudrait atteindre le ciel
ou bien d’autres rivages

.
trop souvent la malchance fait échouer l’aventure
l’enfant recommencera
pourra même tomber
ou n’atteindra jamais

.
sur de grandes avenues nous irons dans la foule
ajouter notre voix à celle des entonnoirs
effaçons les marelles
libérons les enfants

.
les grands oiseaux sauvages se mêleront à nos cris
moquant en souriant
nos désirs
minuscules

Clara Régy

.

.

Ma Cloche de détresse

.

Mon paysage intérieur

S’illune d’une clarté pâle

Le blanc investit mon cerveau

Une neige poudreuse qui durcit

Pas de mots pour dire

Le silence d’une nuit blanche

D’une nuit qui dure

Et ne semble pas vouloir finir –

La frontière est si mince :

Ne pas tomber ne pas sombrer

Dans cette mer pétrifiée

Dans ce vide qui appelle –

Ma Cloche de détresse

Ma sœur Solitude

Ne pas franchir cette frontière

Ne pas courir vers le néant

S’accrocher aux mots

– Mon bâton de pèlerin –

Vibrer encore à la vie

Au démon sanguin du poème !

Lydia Padellec

.

.

photo mbp

.

frontière

.

la terre s’étendait

aux seuls craquements des continents

les fleuves erraient redessinant les cartes

à l’encre des montagnes

puis à contre-sens

se divisèrent les champs

 entre les cris des hommes

à chacun de charger le Kern

de toutes les pierres à lancer

contre l’autre côté du monde

.

car de frontière ‘naturelle’

je n’en vois que dans l’esprit des hommes

naturelles sont   la distance

la durée   l’étendue

et le voyage évolue

si l’homme établit la frontière

elle devient obstacle

abîme

là où la plaine immense se déroule

par delà les propriétés

elle devient l’Obstacle

Daniel Rivel

.

.

Frontières

.

Rémi Tournier

.

cœur #frontière_corps

.

Ce qui ment ce qui ne dit rien de ce que j’attends
m’émeut et m’ennuie à la fois
Je ne sais pas si je mérite un traitement de fausseté
de dédain bien trop exfoliant
Je crois que c’est trop abrasif
(les sourires n’excusent pas tout)
Je crois que cela abîme de petites choses à l’intérieur
imperceptibles formations d’abcès
ou flottements nauséeux
.

Tu ne sais pas où se situe mon cœur au milieu
de mon anatomie ou à sa périphérie
Il se déplace selon les mots employés
selon la potentielle diffusion de plaisir
selon l’angle de rayonnement de la joie
Il ne connaît rien du langage binaire
préfère la fluidité d’un fond
de commerce d’énergies brutes
navigue dans les eaux territoriales du corps
mais déborde aussi toujours un peu de ses frontières

Perle Vallens
.

.

Fanie Vincent

.

.

Aux gardiens du temple

.

Des murs lézardent la terre

Entaillent l’horizon ceinturent l’archipel

Barbelés béton portes cadenassées

Frontière

Et capricieux chemins de traverse

Près d’un champ d’oliviers

Militaires en faction checkpoint

Vibration dans l’air métallique

A l’étalage l’éclat des grenades

Des épices pétillent au fond des cuisines

Un bougainvillier explose en cascades pourprées

Rouge encore le fil sous les doigts de la femme

Vigie et point de croix

Au bord du précipice

Nadine Travacca

.

.

photo Sabine Venaruzzo

.

MIGRANTS

À ventre vide

vivre est de vent

Misère d’être né

à la sauvette

dans les sables mouvants

de l’Histoire

*

Assaut des vagues

Murs et barbelés se dressent

Barrages aux frontières

Ressacs humains

que refoulent les bras

du refus

*

Les identitaires cerbères borgnes

des neiges

ont déployé les barrières de la honte

devant vos corps affamés

vos corps épuisés

d’odyssée noire

*

La détresse des déracinés

attise la peur des nantis…

Et quand leur peur

bat la chamade la camarde

n’est pas loin

Les monstres de la haine

remontent des gouffres obscurs

Les verrous sont tirés

comme pour renflouer

la mort à bout portant

*

Rage de vivre l’ailleurs

à l’envers du rêve

Michel Ménaché

.

.

photo Dominique Penez

.

Frontière de peau

.

Trottoir gris

Bruit des bombes

En sourdine

Il est là seul

Ridé par les ans

Le froid

Les jours qui se répètent

Sans fin

Une seule idée

Fuir

S’exiler d’un pays

De son pays

De sa terre, sa patrie

Fuir

Il est là

Lui et sa valise

Pour unique compagne

Regard à droite

Regard à gauche

Ne pas savoir où aller

Ne plus savoir où regarder

Et attendre encore

Attendre … Attendre

Sandrine Davin

.

.

photo mbp

.

.

Eloge du seuil

.

Au plein de son estuaire, le fleuve éloigne ses berges et se donne à la mer.

Les rives s’ignorent ou ne se distinguent pas. Les arrière-pays s’écartent plus encore l’un de l’autre, repoussés par les courants vers des lointains d’indifférence, où ils se déclinent en lieux-dits que ne sauront jamais ceux du bord d’en face, eux-mêmes inapprochés.

La même onde cependant dérive aux abords des mêmes halages. Elle lave les cheveux des saules que sèche le matin ; elle rince les plis des herbes tombées avec le soir comme des robes.

Le ciel se sépare de l’embouchure pour mieux étreindre l’étendue infinie de leurs reflets.Les gerçures du temps se résorbent alors.

Depuis le chemin de ronde, un pin penche vers les vastes remous marins qui remontent l’affluent. Sur son socle érodé, fier et solitaire, l’arbre apparaît coupé du monde. Pourtant, qui, sans le remords du vent, reprocherait à la forêt sa renonciation, à la terre son abandon ?

Dans son évasement, le cours d’eau absorbe tour à tour et la clarté du jour qui sème à sa surface des étincelles du noir le plus pur, et la lie de la nuit qui disperse sur son flux des cabochons d’or venus des étoiles ; il recueille la pluie épuisée au terme de son voyage ; il délivre dans le seuil du large la grêle et la neige fondues en quoi se mêle un sel plus blanc.

Ailleurs, au plus haut de la montagne, sur la ligne de partage des eaux, une nouvelle goutte vient de s’écraser.

Gérard Le Goff, In Cahier de songes, Editions Encres Vives, 2018

.

.


livre pauvre – Allemagne
les grands chemins – chez Gros Textes

Pierre Rosin

.

.

Hervé Martin

.

.

photo -mbp

.

Noir nuit

Noir nuit

deux trous

dans le grillage

Le visage

ne sourit pas

ne peut plus

Ne pleure pas

ne sait plus

Ne bouge pas

n’y pense plus

Deux trous

dans le grillage

deux mains

et rien.

Marilyse Leroux

.

photo Rémi Tournier

.

.

Renards et sangliers


Derrière la frontière
la forêt existe encore.
Mêmes essences, mêmes sous-bois,
colline après colline
le pays est semblable,
qu’on le veuille ou pas.
Pas de rupture dans la lumière
le bleu du ciel est uniforme
Pourtant quelqu’un parle de frontière,
l’arme à l’épaule.
Renards et sangliers la traversent sans encombre.
La crainte n’est pas la leur.
Mais les autres gibiers ?

.

.
De quel côté


De l’autre côté de la frontière,
bruits sourds, masqués
par des éclats de voix ;
les pleurs aussi parfois
de ceux qu’on a chassés,
de ceux qu’on chassera.
De l’autre côté de la frontière…
Mais de quel côté parlons-nous ?
puisque le Monde ressemble au Monde,
que le sang partout est de même couleur
et qu’au matin
où que nous soyons
il semble que
l’aube se fasse de plus en plus rouge.

Jean-Claude Tardif

.

.

Florence Dreux

 Le lac

Traverser le lac

Tu peux

Tu sais   

Dans ton œil ce matin

Le soleil a parlé

.

Tu plonges

Le souffle un peu    coupé

Les pores   dilatés

Et les rêves ?

.

In verborum silentio lacum transis

Tu traverses le lac

Dans le silence de tes mots

C’est beau cela

Les mots    viatiques

Le latin le grec

Tu voyages    en poète

.

Alors

Le lac

Les frontières traversées

C’est possible on t’a dit

.

Tu nages encore

Un peu

Tu manques      de souffle

Trop lourds les mots ?

.

Sur la berge

Ton corps poème

Échoué

Florence Dreux

.

.

photo mbp

.

La barrière

La barrière

au bout du chemin

elle est là

dans tes jambes

Elle t’appelle

elle ne te refuse rien

jamais

tu es déjà plus loin

C’est toi

et bien toi

maintenant.

Marilyse Leroux, inédit

.

.

photo mbp

.

Par la fenêtre

.

Dehors se trouve un monde étrange

Des villages bas avec une rue centrale

et des croisées noires où de blancs rideaux

retombent sur des faces intriguées

Elle n’aiment pas qu’on voie leur curiosité

s’interroger sur le garçon en moto crépitante

qui tourne au coin de l’unique carrefour

ou le type trapu qui sort du bistrot en lissant

machinalement sa moustache le pouce

glissé sous la bretelle gauche d’une salopette

de jardinier Ailleurs il y a des villes pleines

de manifestants avec des pancartes vengeresses

Sur d’autres continents des milliers de bipèdes

se mutilent réciproquement par tous les moyens

Indifférents à ce que les mines dont ils ont

piégé les champs blessent des enfants innocents

Dans les belles villas des bords de mer des oisifs

regardent à la télévision des soaps dont les acteurs

font semblant de vivre des drames sentimentaux

avant de rentrer chez eux se cuire des spaghettis

aux œufs ou se faire livrer d’énormes hamburgers

En des régions énigmatiques à Grandes Murailles

on mange du chien découpé en cubes minuscules

avec des baguettes en bambou On soigne le mal

de tête avec du venin de mygale On se frotte

les tempes avec le baume du Tigre ou encore

on s’enfarine la face et les bras de cendres

Et tout cela n’est rien que miettes de ce qu’on

pratique d’ordinaire dans les diverses sociétés

qui composent l’Humanité – Alors oui Je peux

affirmer que dehors se trouve un monde étrange

Xavier Bordes (Au secret de son hypogée)

.

.

photo Chantal Dupuy-Dunier

Frontière-peau

.

Frontière ancestrale : la peau
qui délimite le territoire des corps.
À l’abri de notre peau, nous nous protégeons de l’Autre.
Nous faisons front en opposant cette barrière charnelle.
Ne se franchit que dans l’amour ou la naissance,
sinon : par l’effraction ou la blessure.
Frontière primitive,
archétype de toutes celles édifiées par l’homme,
lieu du contact comme de la mise à distance.
Ne disparaît que dans la mort, l’effacement    


Chantal Dupuy-Dunier

.

.

Ailleurs… ailleurs, il y a là… la vraie vie : celle que mènent les vraies gens, les vivants vrais. Une porte, un jardin, un grillage, un portail. La rue. Le quartier. La ville. Le département. Etc. Tu t’arrêtes là. Nulle part. Tu t’arrêtes à ton nulle part. Déjà ça. Suffisant… suffisant, oui, de haut, lointain ; une terre d’ailleurs si proche, si lointaine. Tu te dis que tu ne dis rien ; devrais ne rien dire. Avec les autres. Les autres (te) disent qu’ils ne (te) disent rien, de toute façon… comme cette femme, ce matin. Tu lui as dit : le tram ne fonctionne pas. Elle a répondu : oui, oui, d’un air flou, et est montée, a attendu, avant de redescendre. Pas un regard, pas d’égard. Rien… les riens que l’on a, que l’on est… cette somme qui dissone de soi, chant vide, livide, avide, qui creuse la tombe des jours, au fond de la nuit… on se nuit, et on se réveille, éveil ; et on se dit qu’on ne peut rien envier, puisque le sommeil a tué la mort – le territoire du rêve, las ! Il ne reste pas même d’image… l’image de soi, alors, une ombre. On marche à côté de soi. On se voit de côté. On est la côte du vent. On le longe et le calcule. On sait ce qu’il vaut. Peu. Et c’est déjà ça.

Vincent Motard-Avargues

.

photo Vincent Motard-Avargues

.

.

LIGNES COUPANTES

Des vies toupies

au milieu du rien

dés aux bouches médusées

là où jusqu’à la gorge du matin

les derniers prisonniers sont malmenés

murs pierres sang

en ruines l’âme

abreuvée de mort affreuse

décombres délabrement

les noms

terre poussière échos

larmes misère

boussole errante

vertige trouble des entrailles

insupportable cassure

frontières ouvertes fermées

le souffle de l’autre assigné à marcher

chair humaine à découper

suivant les pointillés

monde crédule étonné n’imaginant le ciel

rêves brisés arabesques

soumises à l’exil

sur un sol surface

de cendres d’homme

chemin champs plus rien

passagers de l’absence

escortés d’arbres gris

débris de nuit

ténèbres fantômes

labyrinthes sans fil

boyaux tendus sans retour

pièges où se forgent

des mains féroces

aube creusée

de mots fièvres remâchés

de langues oubliées

cognées au traitre hasard

voix barbelées

stupéfiées d’entraves

peaux de silence

fourbues

ourlées de blessures

hantées de saccages

poignardées de famine

aux sables trop lourds

aux rêves disloqués

la chaîne au ventre

entre deux rivages écartelés

Cathy Garcia-Canalès

.

photo mbp

.

.

Révolte,

.
Seras-tu
à la solde
du prochain vol
des oiseaux migrateurs
aux immenses parcours dévolus
à la vie de l’inattendu ?

.
que tu nommes vent .

.
Territoire,

.
Seras-tu
à la ligne de notre histoire
traces de mémoire
aux formes scintillantes
aux objets familiers
aux rêves détruits
aux espoirs revenus ?

.
que tu nommes frontières

.
Pays,

.
Seras-tu
à travers les regards
d’ autres devenir
aux nouvelles cartes
aux fins de risque
aux couleurs de travail
aux pains de l’amour ?

.
que tu nommes nouveau monde

.
Écris au bout du bruit
de l’univers
des hommes de la terre

Dominique Penez

.

.

envols – encre mbp

.

Presto la serata finirà

e Mosè

rivisitando

la sua coscienza

verrà a capo

della sua colpevolezza

.

non suonerà più

la fisarmonica

per pochi spiccioli

con indosso il vestito

di lino celeste

girerà il mondo

come un commesso viaggiatore

.

lo troveranno

col capo reclinato al petto

seduto al bar Charlotte

con ancora in mano

una bottiglia.

Rafaele Rinaldi

Bientôt la fin de la soirée

et Moïse

en revisitant

sa conscience

atteindra le fond

de sa culpabilité

.

il ne jouera plus

de l’accordéon

pour quelques sous

avec sur le dos la robe

de lin céleste

c’est en voyageur de commerce

qu’il parcourra le monde

.

on le trouvera

la tête penchée sur la poitrine

assis au bar Charlotte

avec à la main encore

une bouteille.

trad. Marilyne Bertoncini

.

photo Rafaele Rinaldi

.

.

.

Lamento ma non troppo, avec rétablissement.

Dehors il n’y a que les mots, qui tournent dans l’espace. On est au milieu d’eux.

Si seulement je pouvais décrocher le soleil pendu à la rose incarnat qui dit oui qui dit non dans la chair du jour jaspée de l’autre côté de la fenêtre. Cette fenêtre me broie les os. La sisa mi molesta. Noli me tangere.

Calle, oh calle, oh liberté.

Il semble que ce n’est pas une femme, ni même une journée qu’il faut tenir enfermée, mais l’éternité,

                ici,

                      soudain.

L’ennui plus que l’incertitude arrête la vie comme si ce matin, midi, soir, avait pris un ultime congé de toute idée d’être.

Êtres, fantômes au présent, figés avant d’advenir dans le chiendent de la mémoire, les radicelles d’un possible été renaissant,

                                                              ici,

                                                                    soudain.

Il suffirait que ma main arrête la giration du temps pour que la parole me revienne comme une eau trop longtemps prise dans le gésier d’un oiseau prisonnier de la roche millénaire, effaçant toute différence entre roc, pierre, corail, os. Parole anesthésiée. Et tant plus. Vole !

¡ Le digo que no !

Dominique Hecq

.

texte intégral ici :

.

.

photo Rémi Tournier

.

          Pour Claude Lévesque

Où tu vis,

les traces arrangées

de tes chevauchées anciennes

reflètent l’eau des mots

pour la source

où les ondes se répondent, fécondes.

Au silence accru des rêves, tu parais,

ribambelle, ignorant tout des pierres gravées

(c’est ton ombre).

Ténèbres et lumière

tracent cette frontière.

Isabelle Lévesque

.

.

photo mbp

.

– Ce vers quoi

.

Je porte une mémoire qui n’est pas la mienne 

Le corps est une répétition
Nous répétons ce vers quoi nous marchons

Nous allons en marcheurs d’un espace à l’autre.
Qu’est-ce qui nous sépare
devant un océan, un champ, une montagne, une rivière,
un talus empli de coquelicots.

Nous ne formons qu’un.

(…)

Sentir l’énergie d’une voix venue sur le bout de la langue
(ce n’est pas ma voix que j’entends c’est une autre.)


Nous avons des mésanges dans le jardin
Elles vont elles viennent
nourrir les petits à la becquée.


Une année des merles
ont pris la place des mésanges.
Ils étaient un peu trop gros
à l’envol ils ont abimé le nichoir.


Bonheur d’être au monde simplement.

(…)

Des ruines des coquelicots.


Ces marcheurs ces marcheurs ces marcheurs
le long des talus le long des talus le long des talus
des coquelicots.

Un coquelicot pour chacun
fleurs plus fortes que la Guerre.
On dit que là où les soldats sont morts
des coquelicots ont fleuri.


(…)

On me prête langue, je prête la mienne.

Quel que soit le sentier,


chemin de halage, de traverse, chemin de campagne, sentier de montagne, chemin des dames, chemin public, chemin privé, chemin sans issue, chemin des douaniers.

Tous bordés de coquelicots

(…)

Chemins emplis d’hommes et de femmes.

Nous marchons auprès d’eux avec eux.
Nous laissons trace.

(…)

Prendre une main
courir dans un champ de blé
se cacher derrière les maïs
cueillir une fleur

En soi la rivière s’écoule jusqu’à la simplicité de l’eau

On me trouve parfois seule écoutant le bruit de la rivière
quelque chose venu de très loin ou de très près du cœur
Un monde oublié

Le corps se libère d’un trop plein de mémoire

(…)

L‘eau n’a pas de contour
Elle est traversée de lumière

Multiplicité en nous .
infimes sensations oubliées

Comme la sensation de l’eau

Celle avant notre naissance
puis – perdre les eaux –


C’est de là que nous venons
du plus lointain de nous-mêmes

(…)

Cécile Guivarch

.

photo mbp

.

.

Du train

1

J’accepte que tu dormes près

de moi, ce soir de cabine acajou

voilé, à cette heure, par un soleil furetant ;

ton ombre s’aiguise à la mine carbonifère

du bonheur, elle te décrit

sous la corniche des voûtes de verre

et les yeux se lèvent, espérant

et oubliant ce qui restreint ici-même.

2

Le miroir trop bavard dévisage le

dimanche intérieur de la pièce roulante

jamais trop vaste, les yeux s’en détournent

renonçant à ces images courant

de liesse en éclisse. Le rythme diffère

dehors, la main se cramponne au cuivre

des barres d’appui, sans le moindre orchestre, ta-tam,

ta-tam, ta-ta-tam. Il est dangereux de se pencher.

3

La désobéissance s’arrête aux carrefours,

le temps qu’elle ôte les larmes ferrées,

puis elle lève ses épaules menues

et les frontières gagnent de nouvelles

latitudes. Elle dérobe, à l’insu des douaniers,

les fruits supendus que livrent les branches

d’arbres inconnus, de l’autre côté des barrières.

4

De ce petit mètre carré, on prend

ce que l’on voit. La soif pousse les premières

limites, ensemence quelques

terrains, ici ou là les tournesols béats

font grouiller leur essaim d’où sortent

des abeilles, effrayées contre la vitre, devant

la table d’appoint.

5

On annonce une probable perturbation,

un morceau de ciel pour chacun, rapiécé

par l’angoisse commune.

La taule vibre contre l’épaule, à travers

l’air où le train prend des airs d’avion.

Par le hublot la panique pâlit, d’autre nuages

s’amoncellent, nous pleuvons sur des terres

sèches, dans les mains impatientes

de peuples désorientés.

6

Les enfants mâchent leur gomme dans le dernier

compartiment, ils rient d’éclats de bulles roses

et rouges maintenant vieillissent dans la capsule

du lendemain, ronde pomme.

7

Langue pointue, martiale, pommiers noirs,

où sont les sommets dans le ciel. Les syllabes

étrangères chicanent, l’uniforme blet jure

au passage de la douane. Les papiers d’identité

s’échappent de main en main basse, racornis

dans l’automne précoce de la voix militaire.

8

Certains se sont perdus dans les couloirs,

ils ont été aperçus dans la ténèbre géante

comme le signal intermittent de la frayeur

et migrants se sont éteints. Un moteur

sans conducteur fabrique encore les destins

de tous ceux-là et tous ceux nous ; certains

viennent s’asseoir à l’intérieur du véhicule

qui brûle les feux blancs et verts entendus.

Fabrice FARRE

.

photo Paolo Zanardi

.

.

Des ballons dans l’air

Il y avait aujourd’hui

Des ballons dans l’air

Des voiles dans l’atmosphère

Des vagues dans la lumière

Comme un peu de légèreté

Comme en apesanteur

Dans le ciel argenté

Dans le bruit et les clameurs

Le ciel aujourd’hui est un aquarium

Où dérivent méduses et sirènes

Dans un étrange ballet synchronisé

Le ciel devient un dessin animé

Comme repeint par un enfant

Qui aurait enlevé la misère et les bombes

Et dessiné des fleurs à la place

Et ces couleurs naïves

Ouvrent une parenthèse d’enfance

Dans la trame du temps

Pendant que, là-bas,

De l’autre côté de la frontière,

On a aussi les yeux tournés

Vers le ciel

Mais avec angoisse

Ne sachant quand ni d’où

Cela viendra

Car là-bas, de l’autre

Côté de la frontière,

Là-bas, c’est la guerre

Gabriel Grossi

.

.

photo Rémi Tournier

Avvento in Febbraio
(extrait)

A Novembre – per lei –

non può che piovere e lo senti

nelle lenti bagnate pedalando

tra borghi su letti di foglie

quando la foschia confonde la sera.

Sono passati i morti ancora lì

quando il treno ferma a Rubiera.

Non conoscevi quei portici,

emiliani nei colori,

del ghetto bruciato nella Storia,

nei riti romanici di una cattedrale.

Scavi nel tempo in stanze di schiavi

come corrieri sulle strade:

la frusta un algoritmo a dettare stagioni.

Riconosci l’Autunno dall’odore di camino

nelle pareti… monastero sconsacrato

e già pensi alle trecce come una cartolina

spedita in vacanza,

un bacio profumato di sapone

prima di una notte di acquazzoni.

Luca Ariano

Apparition de février (extrait)

En novembre – pour elle –

il ne peut que pleuvoir et tu le sens

aux verres de contact mouillés en pédalant

entre les villages sur des tapis de feuilles

quand la brume brouille le soir.

Ils sont passés les morts toujours là

quand le train s’arrête à Rubiera.

Tu ne connaissais pas ces arcades,

aux couleurs émiliennes,

du ghetto brûlé dans l’Histoire,

dans les rites romans d’une cathédrale.

Tu creuses à travers le temps dans les salles d’esclaves

comme les livreurs sur les routes :

la cravache un algorithme dictant les saisons.

Tu reconnais l’automne à son odeur de cheminée

sur les murs… monastère désacralisé

et tu penses déjà aux tresses comme à une carte postale

envoyée en vacances,

un baiser parfumé au savon

avant une nuit d’averses.

trad. Marilyne Bertoncini

.

1.

Ils transpercent toute frontière

Flanquant la parole en cale sèche

Dévoyant les mots

Voilant les visages

Cherchant à déprogrammer

L’Espérance

Ainsi tombent les masques

Des prédateurs enturbannés

Des captateurs suant de haine

Et de violence

Cœurs remplis de rouille

Et de morgue

Ce faisant ils détruisent et

Érigent des murs

Murs-protections ruinés

Murs-prisons plâtrés

Et replâtrés

Mais toujours à la fin

D’au-delà des muselières

Montent un murmure

Une clameur

Qui tracent leur chemin de sève brûlante

Pour faire front

Pour retourner le gant du malheur

Arracher bâillons camisoles

Et cilices plaqués sur les corps

Et les âmes

*

Stoppée ralentie Oh oui mais

Rien n’entrave à la parfin la vivacité

Des pierres sous les pas

Des marcheurs progressant

Ou tapis en cohorte

Aux confins des forêts

Prêts à déjouer

Le passage de la patrouille

Qui n’est pas faite

De soldats de plomb

2.

En bon usage de la frontière

Permettre le gué

Pour désenclaver les berges

Et faire briller

Toutes les eaux de la rivière

Oser la porosité

L’écoulement joyeux

La libre béance du multiple

Et du singulier

Non celle du pareil au même

Et puis

S’asseoir sur un muret

Ou l’enjamber

D’un bond de cabri

Et puis

Chevauchant le seuil

Brûler vers la frontière abolie

Des lèvres accueillantes

Au baiser

Étreindre les vagues venues

Caresser l’estran

Pour contempler la beauté assoiffante du monde

Jacques Merceron

.

.

Josyane De Jesus-Bergey

.

.

photo Patrick Williamson

.

Living on the edge

.

We inch our way into zones,

we are no longer sure lead anywhere.

We will never know, words dissolve

into the silence that conveyed them.

We can merely be grateful for colours

that blaze, to be free to consult the sky.

We will prevail over fate, it’s time to stop

chasing shadows and enjoy the ride.


Patrick Williamson

Vivre en marge

.

Pas à pas nous avançons dans des zones,

dont nous ne sommes plus certains qu’elles mènent quelque part.

Nous ne le saurons jamais, les mots se dissolvent

dans le silence qui les portait.

Nous ne pouvons qu’être reconnaissants des couleurs

qui s’embrasent, de la liberté de consulter le ciel.

Nous triompherons du destin, il est temps de ne plus

chasser les ombres et de profiter de la route.

trad. Marilyne Bertoncini

.

.

photo mbp

Frontières

.

La ligne de démarcation

Pas suspendu

Où revenir ?

Un pied retient l’autre

Les tentes du campement

sont restées dans l’ombre

La nuit a recouvert

Les souvenirs de l’autre

                        rive

Avancer

les joues blanchies de lune

D’autres pas

suspendus répètent

une marche d’oubli

Marques d’espoir

sur la poussière des routes

aux frontières effacées

Un pas puis l’autre.

*

.

La nuit d’avant le jour

ouvre la route de l’île

Là dans l’ombre

sauvage

Frontière de l’absence

Un souffle d’air léger

sur l’heure exacte

Là où le rire s’éteint

Là où la parole crie

jusqu’au Noir

Cela a eu lieu

J’ai aperçu le loin

dans une étoile

Chemin de toutes les nuits.

Martine KONORSKI

.

Caroline François-Rubino – Du Chemin à la dernière crête

.

.

nous sommes devenus cannibales quand la mer s’est remplie de cadavres

(de début 2014 à fin 2021 l’organisation internationale pour les migrations (ONU) a dénombré 22000 disparus en mer méditerranée)

<;

il y a un paysage

vous le voyez

il y a un paysage

qu’on voit que vous pouvez voir si vous…

un paysage, ce qu’on voit, ce que vous voyez et vous savez que vous le voyez

en rêve en conscience quand…

vous nous voyez flotter cinq six

quant à la chair que peu avons nourrie

elle est sur place dévorée et pourrie

nos os deviennent poudre et plancton

de notre mal personne ne s’en rie

mais tous se moquent quand la mémoire s’enfuit*

les vagues nous ont lavés et salés

le soleil desséchés et blanchis

fous et albatros nous ont les yeux cavés

arraché la barbe et les sourcils

puis ça, puis là, comme la mer grossit

et que le vent varie à leurs plaisirs

sans cesser nous charrient

plus tourmentés et secoués que dés à jouer*

Michel Gendarme

texte intégral à lire ici :

.

.

Lucius N° 222 (juillet 2020), acrylique sur lin, 80 x 120.

Quatre Haikus

I

tjip tjip trrrrr twiet twiet

tidelepip prrrr wiet wiet

zeun zeun tietwiet… piep

Prononciation française, ou en français:

tjip tjip trrrrr touit touit

tidelepip prrrr ouit ouit

zun zun titouit… pip

*

.

II

chi bowo tjip tjip

woerala wiep tjip cheap cheap

zzwie woewiep twiet twiet

Prononciation française, ou en français:

tsji beauweau tjip tjip

wourala ouip tjip tsjiip tsjiip

zzoui wouwouip twouit twouit

*

.

III

wolkenloos blauw en

scherpe slagschaduwen een

merel hipt voorbij

*

.

.

.

.

IV

grauwe wolken en

dan de zon jakobsladders

zwieren in de lucht

poèmes et trad. anglais : Lucius Bloemen

.

I

get lost go away

this is the place where I stay

this is my domain

.


casse-toi vas-t’en

ici c’est chez moi

c’est mon domaine



II

overhere love you’ll

find your nest with a loving

lover in your bed

.

par ici chérie tu

trouveras ton nid avec un

un amoureux dans ton lit


III


a cloudless blue sky

and sharp drop shadows a

blackbird is hopping by

..
un ciel bleu sans nuages

et goutte d’ombre aiguë

un merle sautille


IV

leaden clouds and then

the sun jacob’s ladders are

swaying in the sky

.

un ciel plombé et soudain

les solaires échelles de jacob

oscillent dans le ciel

traductions en français – Marilyne Bertoncini

Lucius Nr. 207: ‘Fris’ (Van het 4-luik ‘Jaargetijden’; mrt. 2017), acryl op linnen, 90 x 70.

.

.

photo Giancarlo Baroni

Ici le ciel est un fleuve tranquille
qui coule entre les parois de béton
des voies rapides

Un même ciel par-dessus les frontières
nous enveloppe

Qui il cielo è un fiume tranquillo
che scorre tra le muraglie di cemento
delle corsie veloci

Uno stesso cielo al di sopra delle frontiere
ci avvolge

.

texte et traduction : Marilyne Bertoncini

.

J’ai vu le bleu du ciel le gris envahisseur

se renvoyer la balle sans se soucier du temps

et la marche immobile d’un nuage pleureur

priant pour faire en sorte que cesse la tempête

J’ai vu le vent devant derrière autour de nous

son souffle sans bagage jouer à saute-mouton

et le vide renaître face à l’obscurité

jusqu’à s’abandonner dans la simplicité

J’ai perçu l’horizon sans même toucher terre

cri d’alarme sans savoir de quel pays il vient

quelques vers arrachés rêvant de t’imiter

de suivre ce chemin là où tu poses pied

Les mots ne sont pas là pour craindre la défaite

ils se penchent parfois pour ne rien rater

du milieu des mers du chemin rocailleux

de l’écho d’une voix inconnue familière

Et tant mieux si des yeux trouvent ligne de fuite

apprennent à passer au-dessus des montagnes :

Seul le poème passe la frontière

Seul le mot bienvenu s’inscrit en profondeur.

Marc Ross

.

.

Outline – Gili Haimovich

.

L’amour sans frontière.

Les frontières nous séparent de ceux que l’on aime, infranchissables entre les vivants et les morts nous les brisons pour nous aimer enfin.

On reste toujours à la frontière des autres, comme une peau invisible qui sépare les corps qui s’aiment plus encore que les âmes que le vent a dispersées.

Je suis à la frontière de mon amour, sur sa ligne de corps, le cœur battant, aube claire des vivants pour le garder en vie.

Gisèle Gueller

.

.

.

Diasporic Nostalgia


We don’t feel shame when
we share memories
of when being in love was a novelty.
We’re nostalgic once a year
and hug a bit more often.
When we do reminisce
it’s not due to our deserted country
but because of the calendar
showing us one of our anniversaries.
Recently we started to hug a bit more frequently
and it is because of our frantic deserted country.
We love like we forgot it ever had a beginning.
and we continue to love like it will have no end.
We acknowledge eventually we’ll die
and discuss, almost negotiate,
how many marks we want to leave behind us.
We’re sick and merry, healthy and sad, we’re sad and sick and merry and married.
Yes, we do like better
who we are
but not enough
not to the degree we’d want you to stare at it.


Gili Haimovich

Nostalgie diasporique

Nous n’avons pas honte de
partager des souvenirs
de l’époque où être amoureux était une nouveauté.
On est nostalgique une fois l’an
et on s’embrasse un peu plus souvent.
Quand nous nous remémorons
ce n’est pas à cause de notre pays abandonné
mais à cause du calendrier
nous rappelant nos anniversaires.
Récemment, nous avons commencé à nous embrasser un peu plus fréquemment
et c’est à cause de la frénésie de notre pays désert.
Nous aimons comme si s’il n’y avait jamais eu de commencement.
et nous continuons d’aimer comme si jamais il ne devait y avoir de fin.
Nous savons bien qu’à la fin nous mourrons
et nous discutons, nous négocions presque,
sur combien de traces nous souhaitons laisser derrière nous.
Nous sommes malades et joyeux, en bonne santé et tristes,
nous sommes tristes et malades et joyeux et mariés.
Oui, nous préférons vraiment
qui nous sommes
mais pas assez
pas au point où nous voudrions que vous nous voyiez.

trad. Marilyne Bertoncini

.

.

collage Ghislaine Lejard

.

Va

Va où tes rêves te mènent

enjambe la barrière

cours vol

du mont à la forêt

de la plaine à l’océan

va

d’une ville à l’autre

d’un continent à l’autre

transporte ce feu qui t’habite

ce souffle toujours plus doux

aucune entrave

à ta soif d’être libre

avance porté par tes rêves

débusque la vérité sous les apparences

éclaire ta vie

regarde autrement

va

serein dépouillé de tout

riche de tes rêves

riche de liberté

va dans la joie du chemin.

Ghislaine Lejard

.

.

Frontière

.

Ligne imaginaire,

bande de rien et de tout

transition entre la mer et le fleuve

partie entre l’ombre et la lumière

Espace vorace

entre

le désir de caresser

et la caresse;

région mouvante qui sépare

au baiser et à la dague

Trait

qui se transfigure sans cesse

Mariela Cordero (texte français de l’autrice)

.

photo mbp

.

.

Serale

 » Eclissi »

Rantoli senza quiete,

sospiri…e

sangue rappreso

e promontori di peccati.

Non si sa mai cosa

si cela dietro

montagne di sabbia.

Marino Rossetti

Couchant

« Éclipses »

Râles sans calme,

soupirs… et

sang coagulé

et promontoires des péchés.

On ne sait jamais ce qui

se cache derrière

des amas de sable.

trad. Marilyne Bertoncini

.

« Frontiera » – oeuvre de Marino Rossetti

.

.

L’OISEAU ET LES FRONTIÈRES

.

illustration : Mokhtar El Amaraoui

.Que de frontières que de barreaux

S’exclame tout étonné l’oiseau

Pourquoi dresser tant de murs

L’humain ne se sent-il jamais en lieu sûr

Pourquoi a-t-il toujours si peur

Des autres qui sont ses frères et sœurs

Que de murs que de cages que de frontières

Privant les cœurs de la lumière salutaire

Qui peut faire régner la paix et l’amour sur terre

Que de barrières que de barreaux que de bourreaux

Chante tout indigné tout révolté le libre oiseau

Défiant vaillant de ses ailes de ses ciels

Les ridicules horribles limites

Que l’Homme justifie par de sanguinaires mythes

Empêchant notre planète de devenir bien plus belle

Mokhtar El Amraoui in « Nouveaux Poèmes »

.

.

Monte Gurugu

.

Migliaia a piedi nudi

scendono di notte

persone davanti ad altre persone

sui magri ciuffi dal monte Gurugu

Inseguono un sogno

niente li ferma

tentano, ritentano

cesoie, spranghe, pietre

tentano ritentano

sono qui davanti al muro da anni

non hanno più niente

da perdere

tentano ritentano

fino al salto dentro la fortezza

con il grido

«Libertà! Libertà!»

Libertà

una parola bella, vero?

Una parola maglione

usata con gesti sicuri

migliaia di volte

all’improvviso è al contrario

intrecci di fili spezzati

intorno all’utopia

di una società aperta

.

.

Antje Stehn

Mont Gourougou*

.

Des milliers, les pieds nus

descendent la nuit

des gens devant d’autres gens

sur les maigres touffes du Mont Gourougou

Ils poursuivent un rêve

rien ne les arrête

ils tentent, retentent

cisailles, pierres, barres de fer,

ils tentent retentent

ils sont devant ce mur depuis des années

ils n’ont plus rien

à perdre

ils tentent retentent

et enfin sautent dans la forteresse

en criant

« Liberté! Liberté! »

Liberté

quel beau mot, n’est-ce pas ?

Un mot chandail

porté avec des gestes tranquilles

des milliers de fois

et tout à coup c’est tout le contraire

des barbelés entrelacés

autour de l’utopie

d’une société ouverte

trad. Marilyne Bertoncini

(en amazigh : adrar n Gururu) est une montagne du Rif, au Maroc.

.

photo Rémi Tournier

.

Anne Soy

.

.

AU-DELÀ DES FRONTIÈRES

.

Au-delà des frontières

se saluer à travers les branches

devant la colère du vent

quand les jours se tordent

dans les reliefs du ciel

Se saluer à travers la voix

à travers l’oeil

pour faire durer le temps

pour dérober l’espace entre nos gestes

et inscrire un pacte au registre de nos mémoires

Se reconnaître à travers une parole intense

comme des fous entêtés

et sous la caresse des mots amoureux

suivre un envol d’oiseaux

au passage d’une frontière éclatée

Huguette Bertrand

.

Huguette Bertrand

.

.

La vase


D’abord le sable
Les cailloux
Les mousses
Les herbes :
Le terrain familier de nos vies.
Plus loin, la mer.
Mais sans qu’on sache comment la frontière se dérobe, les lisières se
désagrègent. La terre-de-la-mer est là, glauque et déconcertante. Une autre
consistance et un autre univers. Le sol cesse de crisser, se met à déglutir et se
meut sous les pas, spongieux, aquatique, adhérent, d’un contact nouveau. Plus
de grains, mais la lisse, l’épaisse matière de la vase inconnue et malsaine,
appelant vers le fond alors que de la terre s’élancent vers le ciel insectes,
feuilles et bruissements.
Là, la vase recouvre, engloutit, étouffe.
Des petits trous s’étirent avec des miaulements d’eau, et s’avalent eux-mêmes,
infimes, vers le dedans. C’est un mollusque sans limites, aux gestations
secrètes, aux odeurs troubles, sous-marines, femelles.
Elle se pare parfois de végétations visqueuses et humides et ses verts indécis
pourrissent dans des douceurs de bronze au sourire intérieur, non pas éteint,
plutôt gardé, comme ceux des dieux lointains dont les paupières effacent la
lumière des regards.
Et pourtant l’on sait bien qu’ailleurs battent et dansent des reflets, des
moirures.
Or, seul le sel affleure sur la vase qui se tait et sur les fibres sèches des varechs
qui ont perdu leurs rythmes de chevelures d’eau.
Et pourtant l’eau s’affole à se savoir masquée. Elle pointe en moiteurs, en
gargouillis microscopiques où se mêlent le sel, le moisi, la mousse et la glu
noire et lisse. Elle reviendra, patiente et entêtée, reprendre possession de ce
trouble royaume.
Et la vase succombe aux marées qui déferlent.

Johanna Walcker

.

Emily Walcker, illustration pour « La Vase »

.

.

Passages de frontières

Un espace en chuchotements et grisaille

Une silhouette projetée dans la lumière crue

Territoire fantastique des troubles du présent

À quel héritage et quelle mythologie appartiennent-ils ?

Quelles eaux noires de l’histoire macèrent là ?

.

Sous la patine du temps, les cartes voyagent avec les passeurs

Carte de réfugié, carte de séjour, cartes

Carte du tendre. Traces d’ombres fuyantes    

Tourmentes et tourments. Balises.

.

Diasporas. Fuites, voyages, attentes aux check-points

Parfums d’Orient et d’amertume, de soumission et déchéance

Lumière et ombre fidèles des terrasses, cafés refuges

Marches quotidiennes harassantes

Des murs édifiés pour séparer des flammes de l’enfer

.

Marches , déambulations dans les rues odorantes et étroites pour arriver au port

De nouveaux bateaux en partance

La nuit, l’espace intérieur de la solitude, les yeux sur la ligne des départs.

.

Attablés à la taverne de la mer, on voit sa vie enfuie

Ainsi on pourrait s’imaginer les jours à Lesbos, la voluptueuse

Un halo trouble l’entoure, avec le froissement de la vie dans les replis du temps,

Temps gâché, temps perdu qui repousse et humilie.

.

Débordements et irruption de la haine.

Rencontres mythologiques de médaillons et de statues entrevus dans les ruines.

Furtives rencontres, passages jusqu’au dernier débarcadère où oscille le bateau

Est-ce que la patrie va au-delà des territoires ?

.

Il faudra ensemencer la langue des rues avec la langue d’histoire :

changer la langue entendue de près dans les regrets

Nostalgie du pays lointain, caresser les ombres passantes des rues

Affleurer la transparence du passé et rencontrer l’opacité du présent

.

Confluences de frontières

Sur les trottoirs, des passants se croisent et demandent :

Tu entreprends le voyage, mais y a-t-il un bateau pour toi ?

Et ensuite qu’allons-nous devenir ?

Nicole Barrière

.

photo mbp

.

.

Le continent de l’Autre

Les frontières n’existent pas.

Elles sont ces murs-mirages 

élevés dans l’esprit 

des humains en souffrance

qui se cherchent un ennemi

pour conjurer la mort.

Cet ennemi, c’est eux…

Ils ne le savent pas.

Et puis un beau matin, 

l’horizon du hasard 

déploie devant leurs yeux

leur image en miroir…

Un sourire, une voix 

de l’ethnie opposée.

Soudain plus de clivage, 

la glace des murailles 

se fissure et se brise 

et du roi Salomon à la reine de Saba,

le jour devient nuit

toutes les frontières fondent, 

clin d’œil de la vie 

coup de cœur,

colombes,

et chacun vit enfin

l’aventure brûlante 

de découvrir, heureux, le continent de l’Autre

Parme Ceriset

.

photo Parme Ceriset

.

.

En revenant du bloc

Étais-je ici

ou là dans mon rêve le bras tendu

j’ouvre les yeux sur ma main n’attrapant

que le vide

passé du songe

au réel comme on traverse la rue

il suffit d’ouvrir la porte d’ivoire ou de corne mais non

ma main n’attrapant que le vide

je retournai au rêve pour le retrouver où l’ai-je mis

c’est maintenant que je pense au rein gauche dont on venait

de me délester

les brancardiers hilares

« svp n’empruntez pas l’escalier trop de cahots

l’ascenseur c’est plus cool » » nous plaisantions

enfilant un dédale de couloirs combien de couloirs déserts

doublant les brancards stationnant aux carrefours puis

moi aussi stationné devant la porte

du bloc

me demandant pourquoi

cette quiétude

je pourrais disparaître qu’importe

envolé déjà de mon dixième étage

ou bien suspendu à la branche ou encore

à la nage épuisé au loin englouti

enfin élargi

j’avais détesté ma vie

l’ai voulue tombée de moi comme un fruit blet

bouclée depuis quelle catastrophe

(j’avais cherché de Charybde en Sylla l’instant

du décollement me souvenais seulement

du dernier une mort d’amour comme souvent)

j’étais en mode survie

je ne mangeais plus de ce pain-là

on ne m’y reprendrait pas et même l’amour

un poinçon dans un étui de muqueuse en dévotion

son ventre un temple où célébrer

le retour au paradis d’utérus

comme

s’il avait fallu réduire chaque élément de vie

à son oméga pour s’en sortir tout passer au drastique tamis

de l’intelligence

pour l’amour donc comme moteur

une simple friction doublée du divin

fantasme fœtal elle est moi je suis elle dans la toute

puissance d’une parfaite union et voilà que j’étais

à l’autre bout du néant (on dit que les agonisants

appellent leur mère)

à la porte du bloc

passant du brancard à la table

de dissection en toute

tranquillité acquise à la suite de quelle longue

habitude ou bien je n’étais plus dans ma mécanique

je regardais d’ailleurs ma défroque d’os et d’organes

ou bien comme j’ai dit converti

à ma disparition prochaine

en toute sérénité comme libéré

de cette aventure où je n’avais pas été

vraiment

disant tiens je te la rends ma vie

ce n’était pas vraiment

un cadeau mais pour l’instant rien

de ce drame imaginé pour expliquer

le calme (à moins que

je me souviens

dans la plaine du Serengeti l’antilope tétanisée

à l’approche du fauve comme si

consentante)

du brancard à la table

avec l’aide des opérateurs compatissants

plus haut oui la tête bien calée

comme ça je mets sur vous une couverture

bien chaude oui elle gargouille comme

vous dites c’est de l’eau chaude

j’ai fermé les yeux je ne veux pas

voir attention je pique non pas encore

je vous dirai voilà je commence

l’anesthésie une lourdeur une chaleur

dans la nuque

que ressent le corps

de l’incision de l’ouverture des chairs la ligature

des veines l’enlèvement de l’organe dans le trou noir

de l’oubli les sensations restent-elles à cru

l’inconscient seul traumatisé quel travail de sape

opère le refoulé trop muet pour être

évacué

et me voilà tendant la main à travers le rêve

revenu dans mon lit j’imagine on a soulevé le corps

de la table au lit à roulettes quelques heures en réa

puis revenu à la chambre 500 j’ai du mal à parler

à ma douce au chevet trop ensuqué ouvrir les yeux

demande un grand effort je suis bien

dans mon sarcophage entre ciel et terre je vogue

en toute confusion j’aime cette vie

végétative

avec effroi ma douce me voit

dériver elle a peur que j’y reste

oui j’aime n’être pas plus

ici que là

il me faudra du temps

pour revenir

Mathias Lair

.

.

photo Giancarlo Baroni

Ai bordi dell’abisso


Lasciapassare

Recinti una fetta di universo

appendi vietato entrare

concedi un lasciapassare

ai conoscenti che portano

il vitto quotidiano.

.

Uscio

Bussi e non fa rumore

tiri e non ha maniglie

infili la chiave ma non c’è la toppa

l’attraversi ma non si entra.

.

.
Ai bordi

A velocità stellari

dappertutto nel vuoto

all’improvviso ferme

ai bordi dell’abisso.

.

Frontiera

Una striscia di terra ci separa

loro seppelliscono delle mine

noi trappole micidiali.

.

Confini

Cade un chicco cresce una risaia

ai confini premete per entrare

in questo paradiso.

.

Limite

Si sfiorano senza toccarsi

indice contro indice

una distanza incolmabile.

(dalla raccolta I nomi delle cose, puntoacapo editrice, 2020)

Giancarlo Baroni

Au bord du gouffre


Laissez-passer

Enclos une tranche d’univers

Et accroche entrée interdite

accorde un laissez-passer

aux amis qui apportent

le repas quotidien.

.

Porte

Tu frappes et ça ne fait pas de bruit

Tu tires et il n’y a pas de poignées

Tu insères la clé mais il n’y a pas de serrure

Tu passes, mais n’entre pas.

.

Au bord

Des vitesses stellaires

partout dans le vide

soudainement arrêtées

au bord du gouffre.

.

Frontière

Une bande de terre nous sépare

Eux, ils enterrent des mines

Nous des pièges mortels.

.

Confins

Tombe un grain tombe croît une rizière

aux confins cliquez pour entrer

dans ce paradis.

.
Limite

Ils s’effleurent sans se toucher

index contre index

une distance infranchissable.

Trad. Marilyne Bertoncini

.

photo Giancarlo Baroni

.

.

.

Asphyxies

I

Le silence, à nouveau.

Celui d’un seigneur de la langue, un magicien. Valery Larbaud, voyageur impénitent. L’écrivain sera frappé d’aphasie, durant les vingt-deux dernières années de son existence. Un enterrement prolongé de premier ordre. Un exil amer, ponctué par un identique adieu, pauvre et court.

***

Malle et canne, à l’arrêt définitif.

Le chapeau, plus noir que la nuit.

Je médite.

Vichy. La Médiathèque.

II

Du passé qui va. Du passé qui vient. Les instants présents ne sont pas forcément au rendez-vous. Vichy. Rien de fléché, de balisé.

***

Silence. Un profond malaise.

Michel Dunand

.

.

photo Giancarlo Baroni

.

III

« …quel est ton Nom d’Etoile…»*

.

J’ai habité la terre sous un nom d’emprunt

Mon acte de décès : un faux en écriture

.

Mon corps suivait ses voies je haussais la narine                                                                         

contre lui : nous n’étions pas de même musique

.

Ainsi j’ai décliné ma non-appartenance

étonné d’exister entre abîme et absence

.

Ma barque descend les eaux rouges d’Anubis

Mes rames remuent des dépouilles invisibles

.

Je suis d’un autre monde et connais l’origine :                                

un soleil borgne et le cratère de la nuit

.

– Quel est mon nom ? dit le passeur – Rassembleur d’âmes

 – Prends garde : les morts remontent avec le vent

.

– Enfant-faucon fraye-moi le chemin de la brise

Guide-moi vers l’étoile où mon double m’attend.

.

Pour m’endormir à jamais dans une autre histoire

j’emporterai vos rêves parures d’Orion

Matthias Tschabold

.

  • le titre de ce poème « …quel est ton Nom d’Etoile » provient de « Albert Champdor, Le Livre des Morts », Paris, Albin Michel, 1977, p. 120.

.

.

photo mbp

.

Qu’est-ce

qu’une frontière ?

Y a-t-il

un avant

et un

après

la frontière

ou ne serait-ce pas

plutôt

le passage

par un continuum

progressif

entre une culture

et une autre

un style

de maisons

clochers et villes

une langue

qui se fond

se mélange

petit à petit

dans celle

de l’autre ?

Alain MARC

.

Béatrice Machet

.

photo mbp

.

.

Place d’Armes

543 kilomètres exactement selon Google Maps.

Si je pars dans dix minutes, je pourrais être à Montréal

à l’aube.

Eh oui, je vous le donne,

je devrais me méfier du talonnage agressif, des camions,

leurs lumières aveuglantes dans le miroir-arrière,

et les klaxons incessants sur l’étendue de l’autoroute 401 est.

Oui, je vais repérer des inukshuks

faits de dalles de granit rose, à la frontière de la réalité,

dispersés sur les roches du bouclier précambrien.

Et maintenant, nous arrivons au nœud du problème.

Il y a toujours une lune géante, suspendue bas dans le ciel,

alors que je traverse Kingston, à peine deux heures passées.

Sa nébulosité

nie tout passage.

Oui, si je peux

échapper à la lune, à la demi-folie

de son altitude,

je devrais pouvoir virer près de Cornwall,

foncer vers la belle province,

et je serai là demain,

reprendre mon souffle

et compter mes bénédictions

à Place d’Armes.

Irina Moga

.

Irina Moga, « Vue de nuit »

.

.

Les artisans de l’aube

le chant des artisans de l’aube

ressenti par nos corps frontières

aborde les rives de notre âme

en dépit de ces murs construits

des peurs enfouies en chacun

et de l’espérance qui s’enfuit

émerge l’invisible qui nous élève

traversant ces miroirs sans tain

survolant des champs de ruines

vers la lumière de nos temples

en quête de ces mondes ignorés

derrière l’opacité de nos vitres

nous cheminons de pierre en pierre

confrontés aux règnes de l’absence

nous devenons la vaste demeure

abritant ce qui nous aide à éclore

et nos corps essentiels commencent

à composer la musique d’un monde

transformant ainsi la matière en souffle

dans ce passage qui mène au cœur

Christophe Pineau-Thierry

.

photo Christophe Pineau-Thierry

.

.

La carte et le territoire

                                                A un « ami »

Le mur de couteaux

dressé par les mots

me blesse chaque fois

quand j’ouvre les yeux.

.

Les cils lourds de sel

Se ferment devant un monde illusoire

construit de miroirs.

La bouche avale la clé.

.

L’air cristallisé de froid

coupe les narines à chaque respiration.

Les poumons figés en apnée

rétrécissent le monde en une poigne.

.

Creuser les tranchées de silence :

séparer, se protéger, guérir

laisser les artères tracer les nouvelles lignes

Sur la carte du territoire.

.

Délimiter l’espace !

Tracer la ligne de la frontière

Où le dit est hors-la-loi.

On déclare à la douane

Le bagage du cœur.

.

La carte n’est pas le territoire*.

Reni Koleva

note :

* »La carte n’est pas le territoire » est un des concept fondamentaux de PNL – Un clin d’œil également au livre de Michel Houellebecq

.

photo mbp « les cartes sans territoire »

.

.

Frontière entière

L’ homme approchait. Il ne reconnaissait rien à vrai dire. Sa tête était douloureuse. « Les frontières sont dans nos têtes,  se disait-il. En essayant d’en sortir à tout prix, les frontières causent  des dommages irréparables. Si elles y parviennent, elles ignorent où aller parce qu’elles ne connaissent plus de limites et alors que faire ? »

L’homme transpirait : il aurait voulu briser son crâne fragile et dur comme une coquille d’œuf pour en extirper des pensées étrangères. il ne reconnaissait plus rien. Les limites du monde changeaient constamment en le prenant au dépourvu. Dans  le mot« frontière », il y a « front », se dit-il  Serait-ce un hasard ? » Il se mit à rire à cette idée. Il ne reconnaissait pas l’endroit, mais quel endroit puisque la frontière était dans sa tête, prête à exploser.

La nuit tombait ou était-ce dans sa tête ? Il aurait voulu hurler, trouver des mots universels qui auraient fait le tour de la terre. «  La frontière est en toi », se répétait-il en titubant. Soudain, il s’abattit sur le sol craquelé. Pourquoi aller plus loin ? L’homme avait trouvé la vérité et celle-ci l’avait foudroyé. Sa tête heurta violemment le sol. Sous le choc, son crâne s’ouvrit. À l’intérieur, il n’y avait rien.

Denis Emorine

.

.

La casa sul confine

A me non piace giocare con gli altri.

Ma i dottori con me sono gentili,

e le infermiere sorridono sempre

quando passo gracchiando nel cortile

“Cra!” su e giù per tutto il giorno “Cra! Cra!”,

con le mie ali ad abbracciare il vento:

io sono il corvo, e sono grande e forte,

ed alla fine mangio sempre tutti.

Io però allora vivevo al villaggio,

la mia casa era grande, e c’era posto

per tutti, e avevamo una bicicletta,

le anatre, le oche e anche un maiale.

Un giorno è arrivata la guerra. I Khmer

rubavano la gente nei villaggi

e mai nessuno ritornava indietro.

La stessa cosa è capitata a noi:

la mamma ed io eravamo nei campi

quando sentiamo gridare e sparare

proprio al villaggio, e allora noi di corsa

senza voltarci in direzione opposta,

verso la jungla, verso la salvezza.

Ma non facciamo neanche cento passi

che subito ci prende una pattuglia; 

si erano sparsi in giro, tutto intorno,

non gli restava altro che aspettare.

Il loro capo aveva la mia età, ma gli altri

erano tutti più piccoli, e tutti

guardiamo lui e aspettiamo che parli,

ma lui non dice proprio niente: spara,

poi guarda se lo guardo, mi sorride,

tira fuori un coltello e si inginocchia

accanto al corpo della mamma a terra,

ritorna indietro tutto rosso e sporco

come mio zio quando ammazza il maiale

e poi mi dice solamente: “Mangia.

Mangialo e ti lasciamo andare, giuro”.

A me non piace giocare con gli altri.

Io con gli altri ci vado solamente 

quando ci fanno lavare o dormire,

anche se non ne ho voglia, e i piccolini

piangono sempre, e cercano la mamma.

Ma gli altri sono tanti, sono troppi,

ma gli altri sono sempre dappertutto,

qui all’ospedale, nelle tende bianche o

nella jungla, protetti dalla notte,

che siedono e che aspettano in silenzio,

e non c’è posto, e non si può volare.

Alberto Manzoli

La maison sur la frontière

Je n’aime pas jouer avec les autres.

Mais les docteurs avec moi sont gentils,

et les infirmières sourient toujours

quand je traverse la cour en croassant

« Cra ! » de haut en bas toute la journée « Cra ! Cra ! »,

avec mes ailes pour embrasser le vent:

Moi, je suis le corbeau, et je suis grand et fort,

et à la fin toujours je mange tout le monde.

Pourtant alors je vivais au village,

ma maison était grande et il y avait de la place

pour tous, et on avait une bicyclette,

des canards, des oies et même un cochon.

Un jour, est arrivée la guerre. Les Khmers

s’emparaient des gens des villages

et personne ne revenait jamais.

Il nous est arrivé la même chose :

Nous étions dans les champs, Maman et moi

quand on entend crier et tirer

là au village, et alors nous courons

sans nous retourner de l’autre côté,

vers la jungle, vers la sécurité.

Mais nous n’avions pas fait cent pas

qu‘une patrouille nous attrape ;

ils s’étaient dispersés, tout autour,

ils n’avaient rien d‘autre à faire qu‘attendre.

Leur chef avait mon âge, mais les autres

étaient tous plus petits, et tous

on le regardait et on attendait qu’il parle,

mais lui ne dit absolument rien : il tire,

puis regarde si je le regarde, me sourit,

sort un couteau et s’agenouille

à côté du corps de ma mère sur le sol,

et revient tout rouge et sale

comme mon oncle quand il tue le cochon

et puis il me dit simplement : « Mange.

Mange-le et on te laisse partir, c’est juré ».

Je n’aime pas jouer avec les autres.

je ne vais avec les autres seulement

on nous fait laver ou dormir,

même si je n’en ai pas envie, et que les petits

pleurent toujours et cherchent leur mère.

Mais les autres, il y en a tant, il y en a trop,

mais les autres sont toujours partout,

ici à l’hôpital, dans les tentes blanches ou

dans la jungle, à l’abri de la nuit,

qui s’assoient et attendent en silence,

et il n’y a pas de place, et on ne peut pas voler.

trad. Marilyne Bertoncini

.

photo mbp

.

.

Aux limites de l’impensable

Le ciel n’ose demander au vent de pousser les nuages

L’air se renfrogne de ne vouloir prendre l’air

La sombreur du jour avale toutes les envies

Même l’ombre du soleil donne trop de lumière

Aux limites de l’impensable

Le vide se complait à repousser les avances insouciantes du bruit

Le silence a le poids des murs où s’écrivent en lettres écorchées

les cris étouffés d’invraisemblances

Et la plume se brise dans les poings

les mâchoires broyées de mots impossibles

à l’encre du regard cadavéré d’un poète

Alain FC Morinais

.

.

Béatrice Libert

Appui

S’appuyer sur un doute

Est-ce élever un mur ?

Est-ce monter une barrière

Ficher une clôture

Bâtir un rempart ?

N’est-ce pas plutôt

Ajouter du rêve au déjà vu

De la vie à l’inertie

Et de l’encore à ce qui prend fin ?

.

Insonorisation

Avec trois fois rien

On peut bricoler un silence

Il suffit d’un peu d’air frais

D’une colle passe-partout

Et je te découpe un pan immobile

De tranquillité pur fruit pur jus

En alcôves plus silencieuses

Que le silence lui-même

Totalement insonorisées

Mais il y a de fortes chances

Que tu ne supporteras même plus

Ton propre souffle.

.

Barbelé

Ne faut-il pas

Rentrer la nuit ?

Le monde est nu

Comme un barbelé

Qui expie sous l’orage

Le froid est un jasmin

Qui pense à la mort

L’heure est passée

Au travers de nos montres

© Béatrice Libert, inédits

.

Béatrice Libert

.

1

Né près de la frontière

aujourd’hui disparue

plus de contrôles

de vins et d’autres

marchandises

On la sent si peu

cette frontière

tissée d’arbres et de terres

Les paysages n’en ont cure

ni les hommes

ni les bêtes

qui peuvent meugler

au-delà des barbelés

en territoire étranger

.

2

Pas de frontière

aux mots ni au coeur

les langues viennent

ressourcer parfois

l’abîme en nous

cet étrange étranger

qui couve souvent

sous l’habit

des jours

.

3

Tu passes la frontière

le col la mesure

la zone des périls

tu retiens souffle

et haleine

pour que les gardes

ne sentent pas ta présence

tu es de toutes les terres

traversées de toutes

les langues

Philippe Leuckx

.

.

Alma Saporito, ‘Passaggio »

*

le Monde, Dimanche 23 lundi 24 janvier 22

anti-migrateurs

un poseur de grillage

ruminait son chômage

un soir en buvant sa bière

il inventa les frontières

tellement il grillageait

qu’il n’eut plus aucun congé

*

le Monde, 30 octobre 21

la frontière

tu veux la passer

à pieds

à la nage

en stop

caché dans un camion

en train

ou

sur son toit

comme entre Vintimille et Menton

au risque de mourir

électrocuté

deux mondes

celui de ceux qui sont dans le train

et celui qui est sur son toit

cadavré

*

en lisant le Monde, 5 mars 2 020

Tu as attendu dans la zone tampon

entre deux frontières

attendu

attendu

sans eau

sans nourriture

et lacrymogé

battu

dépouillé

détéléphoné

mis hors réseau

hors circuit

plus aucun contact

avec personne

no man’s land

*

en lisant le Monde (je n’ai pas noté le jour)

Qu’est-ce qu’une frontière

Questionnait la cigogne

Qu’est-ce qu’une barrière

?

Un mur où je me cogne

Au risque de mourir

Répondait le migrant

!

L’oiseau construit son nid

En haut d’un mirador

Vue imprenable sur la vie

A son pied le migrant s’endort

Il rêve à son seul désir

Vivre enfin librement

Patrick Joquel, – extraits de Quelques mots migrateurs (suite) – inédits

*

.

Non oltrepasso

lo specchio

per giungere

a paesi delle meraviglie

non si dissolve

l’immagine

nitido si staglia

il mio riflesso

a figura intera

racchiusa da cornice

in silenzio

abbozzo dei sorrisi

ma le mie spalle

sono curve.

Alma Saporito

je ne traverse pas

le miroir

pour atteindre

le pays des merveilles

l’image

ne se dissout pas

et se détache précis

mon reflet

tout entier

prisonnier d’un cadre

en silence

j’ébauche des sourires

mes épaules, elles

sont courbées.

trad. Marilyne Bertoncini

.

Alma Saporito, « Oltre lo specchio »